30% des Belges disent vouloir continuer à acheter davantage en ligne

Le comportement d’achat des Belges a changé de façon spectaculaire à la suite de la crise du coronavirus. Pas moins de 30% des Belges disent vouloir continuer à acheter en ligne après la crise. De plus, 23% prévoient de se rendre dans les magasins physiques qu’ils ont récemment découverts en ligne, comme le montre l’étude du Collège Thomas More et Comeos.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la crise du coronavirus a un impact majeur sur notre société. Le comportement d’achat des Belges n’est d’ailleurs pas non plus épargné, comme le démontre une enquête de la fédération professionnelle Comeos et du Collège Thomas More. Plus de 3.000 consommateurs ont été interrogés entre le 30 avril et le 10 mai (avant même la réouverture des magasins non alimentaires). L’étude s’intéresse à l’impact de la crise sanitaire sur le comportement d’achat des Belges. Conclusion ? Le commerce électronique est beaucoup plus populaire qu’auparavant.

Plus de gens se tournent vers le e-commerce

« Dans toutes les catégories d’âge et pour presque tous les groupes de produits, il y a des consommateurs qui ont acheté en ligne pour la première fois », explique Comeos. C’est surtout le cas chez les plus de 60 ans. Fait étonnant : 50% des 61 à 70 ans ont acheté des fleurs ou des plantes en ligne pour la première fois. Une catégorie de produits qui a connu une hausse de ses ventes par rapport à avant la crise, et cela concerne toutes les catégories d’âge.

Bien que les magasins non alimentaires aient dû fermer leurs portes, 71% des consommateurs ont continué à acheter chez les détaillants auxquels ils accordent leur confiance (aussi bien en ligne que hors ligne). De plus, 44% ont indiqué une recherche ciblée concernant les détaillants ayant un magasin physique en Belgique. Autre fait étonnant : bien que les consommateurs étaient très attachés à des livraisons plus rapides avant la crise, 87% des personnes interrogées comprennent et acceptent des délais de livraison plus longs pendant la crise.

Les sexagénaires ont moins peur d’essayer des vêtements

Qu’en est-il des magasins physiques ? 54% des consommateurs font confiance au renforcement des mesures d’hygiène imposées dans les magasins physiques. Cependant, 42% des consommateurs indiquent qu’ils préférèrent ne pas essayer de chaussures ou de vêtements en magasin. Étonnamment, ce pourcentage est nettement plus faible chez les plus de 60 ans. En Wallonie, ce pourcentage est d’ailleurs plus élevé qu’en Flandre ou à Bruxelles. Enfin, les Belges préfèrent également les magasins de proximité et tentent d’éviter les centres commerciaux.

Plus d’achats en ligne à l’avenir

Et en ce qui concerne l’après corona ? Un peu plus de la moitié des personnes interrogées (52%) sont convaincues que notre façon d’acheter ne sera plus jamais la même. 29% indiquent disposer désormais d’un budget plus restreint qu’avant la crise. 30% veulent cependant continuer à acheter en ligne à l’avenir. 23%, en revanche, prévoient de se rendre physiquement dans des magasins qu’ils ont découverts en ligne lors du confinement. Enfin, plus de 7 Belges sur 10 connaissent des détaillants qui ont commencé leur activité en ligne pendant le lockdown.

« La crise du coronavirus a eu un impact immédiat et fort sur notre comportement d’achat. Il est très intéressant de voir lesquelles de ces habitudes persisteront. Nous réaliserons à nouveau cette enquête avec le Collège Thomas More afin de voir si les vieilles habitudes ont la dent dure ou si le changement persistera », déclare Comeos.

Source: Gondola.be