Expo « Confinés dehors » aux Halles Saint-Géry

Vous les avez peut-être croisés sur les réseaux sociaux durant le premier confinement, 1000 mannequins en bois ont été customisés et vendus aux enchères au profit de l’asbl Infirmiers de rue.Vous pourrez les admirer lors d’une grande exposition aux Halles Saint-Géry.

Le 18 mars 2020, Cédric Gérard devait ouvrir son nouvel établissement au cœur de Bruxelles. Plus qu’un simple resto-bar, Bobbi Bao se revendique comme un lieu de vie et de culture appliquant les principes du circuit court et de l’économie circulaire, tout en prônant les valeurs du vivre-ensemble et du respect de l’environnement. Mais le lock down bruxellois en a décidé autrement et le lieu a dû fermer avant même d’être ouvert. Ancré en plein centre-ville et sensibilisé à la cause du sans-abrisme, Bobbi Bao souhaite aller plus loin dans le soutien à l’asbl « Infirmiers de rue »et lance l’action 1000 petitsbonshommes en proposant à des artistes de customiser les mannequins prévus pour la décoration de son bar afin de les vendre aux enchères. Il fait appel à Emmanuel Angeli, directeur artistique de la Bobbi Brewery, pour coordonner l’opération.

Grand succès ! En un mois, plus de 200 œuvres sont créées par des artistes tels que Denis Meyers, Philippe Geluck, Charles Kaisin mais aussi Nathalie Uffner, Marka, Joëlle Scoriels et bien d’autres encore. Entre le 20 avril et le 16 juillet, deux ventes aux enchères par semaine sont organisées sur les réseaux sociaux, créant l’engouement autour de ces mannequins articulés. Des dizaines d’artistes amateurs ou en devenir rejoignent le mouvement. Au total, environ 300 pantins ont été récupérés : tous ont trouvé acquéreur pour des montants allant de 20 à plus de 600 euros, pour un total de 23.000 euros intégralement reversés à l’asbl Infirmiers de rue.

Point d’orgue du projet, l’exposition des Halles Saint-Géry permet à tous les acteurs de se rencontrer : artistes, acquéreurs, simple curieux ou sympathisants, mais aussi infirmiers et personnes sans-abri du centre-ville. Vitrine nécessaire pour les artistes, cet événement se veut également le témoignage d’une expérience singulière qui a impacté chaque maillon de notre société : personnel médical, citoyen.ne.s avec ou sans domicile fixe, artistes, commerçants, enfants, personnes âges, etc.

Scénographiée par Dimitri Shumelinsky, l’installation prévue pour deux mois casse les codes muséaux et se voit couplée à une programmation propice à l’échange, à la rencontre et à la réflexion. Une série de débats seront organisés autour de la problématique du sans-abrisme à Bruxelles et de la place de l’artiste dans la société, ainsi que des visites et des ateliers participatifs pour les enfants, l’écoute d’entretiens réalisés par BNA/BBOT, acteur associatif spécialisé dans les archives sonores urbaines, et bien d’autres surprises qui feront vivre et évoluer l’exposition. Si les conditions sanitaires le permettent, une grande vente aux enchères « et en os » permettra d’acquérir 20 petits bonshommes supplémentaires. Un partenariat avec la STIB permettra aussi d’installer durant 6 mois un immense sticker de 250m2 dans le couloir Cantersteen de la Gare Centrale, lieu emblématique de distribution de la soupe populaire pour les sans-abris du centre de Bruxelles.

(Photos : © Bernard Rosenbaum)

Exposition « Confinés dehors » jusqu’au 27 février 2021 aux Halles Saint-Géry (1 place Saint-Géry, 1000 Bruxelles). Entrée libre. Renseignements : www.1000pb.be et

#1000 petitsbonshommes