LA GRÂCE, PAR THIBAULT DE MONTAIGU. PRIX DE FLORE 2020

« J’ai essayé d’approcher au plus près ce miracle qui fait surgir la lumière au plus profond de la noirceur. »

Il y a quatre ans, j’ai sombré dans une vertigineuse dépression. Je ne trouvais plus aucun sens à l’existence. Jusqu’à cette nuit, dans la chapelle d’un monastère, où j’ai été touché par la grâce. Par la sensation inouïe d’un contact charnel avec Dieu.

Pour moi qui ai toujours été athée, cette révélation relevait de l’incompréhensible. Quel en était le sens ? Qu’avais-je éprouvé réellement ? Était-il possible qu’un au-delà existe ? Une seule personne pouvait me répondre : Christian.

Cet oncle, frère franciscain, que je connaissais à peine, allait être emporté par la maladie au moment-même où je renouais avec lui. Mais à sa mort, je découvris, renversé, que Christian avait été touché par la grâce à 37 ans. Comme moi. Et qu’il avait vécu jusqu’à cet âge une vie de fêtes et d’excès, en parfaite opposition avec la foi. Comme moi aussi. En enquêtant sur ce destin extraordinaire qui l’avait vu troquer le smoking des soirées mondaines pour la robe de bure des frères mineurs, j’ai essayé d’approcher au plus près ce miracle qui fait surgir la lumière au plus profond de la noirceur. Et des étincelles de grâce, que l’on croit ou pas, dans la brume de nos quotidiens.

L’auteur

Après des études au lycée Henri-IV, Thibault de Montaigu intègre Sciences Po puis le Centre de formation des journalistes. Il commence sa carrière à Libération en 2003 au sein des services Culture et Guide. Depuis, il a collaboré à de nombreuses publications (Le Point, Paris Match, L’Officiel, L’Officiel Hommes, Jalouse, l’Optimum…).

Depuis janvier 2018, il est rédacteur en chef du magazine L’Officiel Voyage.

En 2003, à l’âge de vingt-quatre ans, il publie son premier roman, Les anges brûlent, aux éditions Fayard. Sélectionné pour le prix de Flore, l’auteur est décrit comme « le nouveau Sagan » par Raphaël Sorin.

En 2007, il publie Un Jeune homme triste. Christian Authier dans son Dictionnaire chic de littérature française écrit à son sujet : “le style de Thibault de Montaigu a quelque chose à voir avec la rapidité, le faux relâchement, l’œil à la fois précis et impressionniste de ses aînés, citant Fitzgerald, Sagan et les hussards.

Suit en 2010 Les Grands gestes la nuit, finaliste du prix Interallié et du prix Fitzgerald. Grande fresque sur les années 60, il dépeint le destin tragique d’un patron de laboratoires pharmaceutiques, qui va ouvrir le club le plus couru de la Côte d’Azur et épouser une fille de Madame Claude. “Ce troisième roman de Thibault de Montaigu, 31 ans, séduit par ses accents fitzgéraldiens. Non content de restituer l’intensité de cette époque, il l’incarne magnifiquement avec des personnages passionnés et désespérés, écrit Delphine Peras dans L’Express. Frédéric Beigbeder dans Le Figaro Magazine considère le livre comme “une des lectures les plus savoureuses de l’automne”.

Son quatrième opus, Zanzibar, est publié en 2013 et sera finaliste du prix Nimier. “Intrigante, exigeante et raffinée, la prose du jeune auteur nous emmène sur les traces de deux vrais/faux journalistes au destin aventureux et dangereux, écrit Clémentine Goldszal qui le classe dans le “Top Ten” du magazine Elle. “C’est fascinant : on est en plein délire, tout es raconté avec le plus grand calme et tout sonne juste,” note Gilles Martin-Chauffier dans Paris Match.

En 2015 sort aux éditions Grasset son premier essai, Voyage autour de mon sexe, qui dresse une histoire de la masturbation des grottes du paléolithique à YouPorn en passant par Proust, Dalí ou les pénitentiels chrétiens de Moyen Âge. Sélectionné pour le prix Sade, succès commercial, il reçoit une critique élogieuse. Léa Salamé, dans l’émission On n’est pas couché sur France 2, le décrit comme “un précis passionnant. Brillant et jouissif juge Augustin Trapenard sur Canal Plus. “Thibault de Montaigu livre une anthologie savoureuse et savante de l’onanisme, écrit pour sa part Elisabeth Philippe dans Les Inrocks.

En août 2020, paraît son cinquième roman La Grâce aux éditions Plon où il raconte le parcours spirituel de son oncle paternel qui après une vie de fêtes et d’excès a été touché par la grâce, à 37 ans, avant d’entrer chez les franciscains et faire vœu de pauvreté et d’abstinence. Le livre obtient le prix de Flore en novembre 2020.  (source Wikipédia).

Editions Plon

EAN : 9782259284370

Façonnage normé : BROCHE

Nombre de pages : 368

Format : 135 x 210 mm

Prix : 20€

VANDENHENDE