le masque Decathlon conçu pour le sport en salle

Depuis juin 2020, Décathlon travaille sur l’élaboration d’un masque permettant de retourner faire du sport en salle. L’AFNOR vient de publier un référentiel cochant toutes les cases du prototype de l’entreprise nordiste. La commercialisation pourrait débuter fin mars

Alors que les salles de sport sont fermées depuis plusieurs mois, Décathlon s’est posé une question simple : est-il possible de faire du sport avec un masque ? Et si oui, quel masque permet d’allier confort et protection ?

Après un travail débuté en juin 2020, le masque barrière pour le sport de l’entreprise Nordiste pourrait être commercialisé dans les prochaines semaines.

L’AFNOR vient de publier un cahier des charges à respecter pour commercialiser ce type de produit, qui répond en tous points aux caractéristiques du masque élaboré par Décathlon. Dix autres industriels se sont également positionnés sur le marché.

À quoi pourrait servir ce masque ?

L’objectif premier d’un tel masque : permettre aux sportifs, privés pour la plupart d’équipements, de reprendre leur pratique. Ainsi, le sport en environnement clos dans un gymnase ou une salle de fitness pourrait être possible avec ce tout nouveau masque.

Le prototype du masque Décathlon se compose de plusieurs tissus en polyester recyclés. Des élastiques et des boucles de réglage permettront un maintien optimal et plusieurs tailles seront proposées pour s’adapter à chacun. Les masques, destinés à diverses disciplines sportives, en intérieur comme en extérieur, seront lavables au minimum 10 fois.

Comment se sont passées les recherches ?

C’est dans les bureaux lillois que les équipes de recherche et développement de l’entreprise Nordiste ont planché, depuis juin 2020, sur un prototype, en partenariat avec le CHU de Lille et le club sportif du Racing 92.

Décathlon a ainsi mis en exergue trois caractéristiques fondamentales pour un masque optimal :

  • la filtration du masque (catégorie 1)
  • la respirabilité et le maintien
  • la gestion de l’humidité

Fin 2020, ce premier prototype a été présenté au Ministère des Sports et à l’AFNOR : l’association française de normalisation, qui permet d’élaborer les normes à respecter pour commercialiser un produit. Et c’est justement l’AFNOR qui vient de publier un cahier des charges à respecter pour tous les fabricants souhaitant se lancer dans la production de masques barrières pour le sport.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Décathlon se félicite de la publication de ce cahier des charges, qui répond en tous points à son prototype. Il reste, à ce jour, “quelques étapes à valider avant la phase de commercialisation que nous souhaitons proche”, indique Mathilde Geerts, cheffe de projet masque sportif Décathlon, notamment l’homologation du masque. L’entreprise Nordiste espère tenir ses délais, pour une mise sur le marché à la fin du premier trimestre 2021, soit dans un peu plus d’un mois.

Par ailleurs, même si la ministre des Sports Roxana Maracineanu a affiché son enthousiasme dans la commercialisation de tels masques, elle a tenu à rappeler que leur mise sur le marché ne signifie pas la réouverture systématique des salles de sport. “Dès que la situation sanitaire permettra de reprendre le sport dans des lieux fermés, c’est important que l’on ait les outils comme ces masques pour ne plus les refermer”,

Source: hauts-de-france