Le volontariat à bout de souffle en temps de Covid-19

90% d’annulation et sur les 10% restants, des plans totalement chamboulés et repensés à cause du Covid-19. C’est ce que vit Time4Society, une asbl qui œuvre pour concrétiser des projets RSE de diverses entreprises. En ces temps de corona, l’asbl revisite le travail de volontariat dans des organisations sans but lucratif. L’occasion de mettre en lumière une d’entre elles dont les collaborateurs accueilleront masqués et en plein air plusieurs volontaires très motivés de la société MSD début de semaine prochaine : l’asbl Cité Joyeuse à Molenbeek, centre d’aide pour enfants en difficultés.

Se retrousser les manches

Lundi 28, mardi 29 et mercredi 30 septembre, près de 200 employés de la société MSD Belgique sortiront de leurs bureaux et enfileront gants, grosses chaussures et vêtements de pluie pour une journée pas comme les autres. Une journée qui met du baume au cœur aux collaborateurs. Ils vont donner de leur temps et énergie à aider des projets sans but lucratif qui les touchent. Allan Matthys, responsable communication de MSD Belgique : On l’a déjà fait l’année dernière et on continuera à le faire mais il faut l’avouer, cette année est spéciale. Nous devrons respecter de nombreuses règles sanitaires et nous disperser dans une dizaine d’organisations différentes pour des raisons de distanciation sociale. » Pour leurs projets RSE, MSD Belgique, comme d’autres entreprises, font appel à Time4Society, une asbl dédiée aux projets RSE de diverses sociétés. Et pour l’asbl, cette année est une année pleine de défis entre annulations, règles d’hygiène et de distanciation sociale et autres contraintes liées au Covid-19.

Dépendre du bénévolat pour survivre… mission compliquée à l’heure actuelle

Peter Delvaux, responsable de projet au sein de Time4Society, explique : « MSD fait partie de ces rares entreprises qui n’ont pas annulé leur projet RSE cette année à cause du coronavirus et des règles sanitaires qui l’entourent. Et c’est précieux ! Car les organisations à but non lucratif qui reçoivent l’aide de ces dizaines de volontaires survivent grâce au bénévolat ! Cette année, nous ne pouvons pas envoyer 80 personnes sur un même projet comme ce fut le cas d’autres années à cause de la distanciation sociale à respecter mais nous nous adaptons. Dans ce cas précis, on a choisi une dizaine de projets différents. Et pour respecter les règles sanitaires au maximum, le volontariat se fera plutôt dans les parcs et jardins de ces organisations. C’est le cas par exemple du projet ‘La Cité Joyeuse’ à Molenbeek. »

Des projets qui comptent sur le volontariat

Joël Mephane, de l’asbl La Cité Joyeuse : « C’est vrai que cette année est très particulière en termes de volontariat. Nous avons pris du retard dans de nombreux petits travaux. Alors quand les bénévoles respectent leur engagement malgré la situation, on se réjouit. Cette année, pas de travaux d’intérieurs dans les chambres des enfants en foyer par exemple mais notre parc a besoin d’un grand rafraîchissement. On a laissé de côté les tailles des arbres et arbustes, ou autres travaux d’entretiens et d’embellissements autour des pavillons, … Grâce aux 9 bénévoles qui seront à nos côtés ce 29 septembre, on espère bien donner un gros coup d’accélérateur !