Léopold-Orée 6-3

l’OrÉe perd ses premier points dans un match
qui apportera son lot d’enseignements

 

Contexte. Premier match référence de la saison pour nos Bleus qui se rendaient au Léo. Ce derby bruxellois par excellence nous a plutôt bien réussi ces dernières saisons mais nous n’étions pas en position de leader invaincu comme nous le sommes aujourd’hui. Ce test face à un des favoris du championnat allait apporter manifestement des enseignements à l’équipe de Xavier De Greve. Les sanpétrusiens saluaient le retour de John-John Dohmen, rétabli. Seul manquait à l’appel Max Branicki toujours touché aux ischios. Signalons que suite aux blessures, les Bleus n’ont encore jamais joué un match officiel avec l’effectif au complet. Le Léo quant à lui était au complet avec son artillerie lourde en pointe (Boon et Plenneveaux). Les Ucclois comptabilisaient un match nul (Leuven), quatre victoires (Beerschot, Namur, Antwerp et Racing) et deux défaites (Herakles et Watducks).

 

Premier quart-temps (2-1). L’entrée en matière est directe, pas de round d’observation. Les deux équipes ne sont pas là pour défendre et tiennent à montrer leurs identités respectives. 3e minute, PC pour l’Orée qui ne donnera rien. 6e, stroke pour le Léo. Tom Boon le convertit (1-0). 13e, Tom Boon se retrouve seul face à Arthur Thieffry. Il inscrit le deuxième but des Ucclois (2-0). 14e, mauvaise passe d’un défenseur du Léo, Timothée Clément récupère la balle mais tire au-dessus du but de Romain Henet. 15e, magnifique passe de Manu Stockbroekx sur Timothée Clément qui se retrouve seul face au but de Romain Henet qui commet une faute. L’arbitre siffle stroke, Tomi Domene le tire et marque (2-1).

 

Deuxième quart-temps (3-1). L’Orée ne rend pas les armes. 18e minute, transversale de John-John Dohmen qui trouve Manu Stockbroekx. Il centre et trouve Philippe Simar qui rate de peu l’objectif. 26e, transversale stratosphérique de Max Plenneveaux sur Tom Boon qui se retrouve seul face à Arthur Thieffry. Il gagne son duel et marque (3-1). 33e, quadruple sanction pour l’Orée, un PC et trois cartes. Manu Stockbroekx voit jaune, Tomi Domene et Amaury Bellenger vert. Les Bleus jouent à 8! Le PC ne donnera rien.

 

Please enable images Please enable images

 

Troisième quart-temps (5-1). Les Bleus recommencent toujours à 8. Ils tiennent malgré les assauts du Léo. Beaucoup d’énergie est dépensée. 38e, Tom Boon tire au but mais n’arrive pas à conclure. L’Orée joue à nouveau au complet. 45e, PC pour le Léo. Il est transformé par Tom Degroote (4-1). Le Léo prend clairement l’ascendant, l’Orée se remet difficilement de sa période à 8. 45e, beau tir en revers de Luca Masso. L’envoi passe juste à côté du but du Léo. 50e, but de Max Plenneveaux (5-1). Les Bleus sont dans les cordes. 51e, poteau de Gaspard Baumgarten.

 

Quatrième quart-temps (6-3). 55e minute, PC pour l’Orée. 58e, double essai du Léo d’abord de Tom Boon et ensuite de Tom Degroote, Arthur Thieffry s’interpose avec brio. 60e, tout en finesse Facu Callioni tire au but, Timothée Clément dévie en tip-in (5-2). 62e, PC pour l’Orée, Tomi Domene le marque mais le but est annulé. Les Bleus tentent le tout pour le tout. 65e, Tom Boon se retrouve seul devant Arthur Thieffry, il échoue. 68e, PC pour le Léo. Tom Degroote le convertit (6-2). 69e, stroke pour l’Orée. Tomi Domene le transforme (6-3). Les spectateurs en ont eu pour leur argent, 9 buts, le spectacle fut au rendez-vous. Le Léo mérite sa victoire mais l’Orée n’a pas pour autant démérité. Jouer le haut du tableau s’apprend, tous les petits détails comptent et cela demande du temps.

 

Manu Stockbroekx « Nous sommes leader du championnat, le Léo est un des favoris du championnat. Ils étaient là pour nous faire perdre des points. Nous devons apprendre à jouer plus le couteau entre les dents, à manger le terrain, à nous donner tous au maximum pendant 70 minutes. Nous sommes encore trop gentils, nous devons apprendre à être plus réaliste. S’il y a une occasion, elle doit être dedans. L’Orée n’a pas encore de titre mais est maintenant dans le top 6 avec des clubs qui ont de l’expérience pour les grands matchs. Aujourd’hui, c’était comme une finale. Nous n’avons pas mal joué mais il faut plus être plus tueur, dans le bon sens sportif du terme. »