Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

Les enfants du stade : une plongée authentique et touchante dans un jeune club de football


Sasha, Adrien, Mathys, Thibault, Martin et Hadrien ont 12 ans et rêvent de devenir footballeurs professionnels. Ils jouent dans la même équipe à Waremme (Liège). La série Les Enfants du Stade, réalisée par Damien De Pierpont, les suit pendant trois années, jusqu’à leurs 15 ans. En les accompagnant dans leur formation exigeante, cette série documentaire de six épisodes met l’accent sur les relations, parfois tendres, parfois tendues, entre les joueurs, les parents et les entraîneurs. À 12 ans, ils ont encore des étoiles plein les yeux. Ils s’accrochent fermement à leur rêve mais cela reste un rêve d’enfant. Trois ans plus tard, qu’en restera-t-il ? Rendez-vous le 27 juin sur La Deux pour les trois premiers épisodes et le 4 juillet pour les trois derniers.

LES JOUEURS

La série Les Enfants du Stade suit principalement l’évolution de six jeunes joueurs de foot nés en 2004 : Hadrien, Sasha, Adrien, Mathys, Martin et Thibault. Ils ont été filmés de mai 2016 à octobre 2019 de la catégorie U12 (moins de 12 ans) à la catégorie U16 (moins de 16 ans). Ils appartiennent à l’école des jeunes du club de foot de Waremme (Royal Stade Waremmien Football Club) en province de Liège, en Belgique.

Ce club est en pleine croissance. Même si Waremme est une petite ville (15.000 habitants) le club attire de nombreux bons joueurs des environs. Ils évoluent dans le championnat de football des Interprovinciaux, c’est-à-dire le niveau juste en dessous des clubs professionnels de Division 1. Ils ont suffisamment de talent pour se permettre de rêver mais leurs chances d’y arriver sont extrêmement faibles.

En entrant dans l’adolescence, ces jeunes garçons explorent un nouveau monde dont ils ne connaissent pas encore les limites. Ils éprouvent le besoin de s’affirmer, de s’affronter les uns les autres ou encore de tester l’autorité pour savoir jusqu’où ils peuvent aller. Le milieu du football exacerbe ces comportements. Les débordements sont nombreux : vulgarité, insoumissions, injures, bagarres, détériorations de matériel… Certains en arrivent même à mettre en péril le rêve auquel ils tiennent tant.

LES PARENTS

Avoir un fils footballeur apporte son lot de contraintes. Il faut notamment le conduire aux entraînements ou aux matches dans les différents stades du pays. Cela représente du temps et des kilomètres mais c’est aussi une occasion pour les mères et les pères de vivre des moments privilégiés avec leur enfant.

Certains revivent leur rêve d’enfant à travers leur fils et placent en lui des espoirs démesurés fruits de leurs propres frustrations. Le rêve devient alors plus celui du père que celui du fils. La perspective d’une carrière professionnelle, aussi aléatoire soit-elle, permet à certains parents de sublimer l’ordinaire.

LES FORMATEURS

Le but de l’école des jeunes de Waremme est de créer un vivier dans lequel l’équipe première (D2 amateur), celle des adultes, pourra puiser ses futurs joueurs. Pour encadrer les enfants, le club a fait appel entre autre à d’anciens footballeurs professionnels. Ils s’investissent corps et âmes dans le projet. Pour eux, le football est avant tout éducatif. Ils insistent sur la discipline, le respect de l’autre et le collectif. C’est un sport basé sur la solidarité. On gagne ensemble ! On perd ensemble ! Ces formateurs veulent donner à la génération suivante ce qu’ils ont eux-mêmes reçu.

NOTE DU RÉALISATEUR

“Devenir footballeur professionnel est le rêve le plus répandu chez les jeunes garçons. Ils sont des millions dans le monde à s’entraîner durement dans l’espoir fou d’y parvenir. Encouragés par leurs proches, ces enfants sont prêts à tout endurer ou presque pour y arriver. Certains y consacrent plus de vingt heures par semaine. Ils s’entraînent par tous les temps, sous la pluie, la neige, dans le froid ou en pleine canicule. Même s’ils retirent un plaisir évident à s’investir dans leur passion, ils doivent consentir des sacrifices importants. On est bien loin du foot spectacle, bling-bling et surmédiatisé des stars qui les fascinent.

J’ai toujours été impressionné par la force du rêve de ces enfants et par leur détermination. Je voulais découvrir comment eux, leur famille et leurs coachs vivaient ça au quotidien. J’ai choisi le club de Waremme pour son niveau situé juste en dessous des clubs élites. Ça reste encore familial mais les exigences se rapprochent de celles des clubs professionnels. D’emblée, il m’a paru évident que ce film allait se tourner sur plusieurs années.

J’ai choisi de commencer à les suivre à 12 ans car à cet âge, tout le monde peut encore y croire. Ensuite à l’entrée dans l’adolescence, la pyramide se resserre. Les clubs deviennent de plus en plus exigeants et la concurrence de plus en plus sévère. Des enfants plus forts, plus rapides, plus techniques ou simplement plus motivés en repoussent d’autres qui se voyaient déjà au firmament. Je voulais montrer ce passage du rêve d’enfant à la réalité sélective du terrain.

Une fois l’équipe choisie, j’ai pratiqué un repérage intensif. Je suis allé à tous les entraînements, à tous les matchs. Une relation de confiance s’est vite installée entre les joueurs, les parents, les formateurs et moi au point qu’en cours de tournage, je suis devenu le délégué de l’équipe. C’était de l’immersion totale ! Ce rapport privilégié entre nous a créé une réelle complicité qui se ressent dans les images filmées. Ils se sont livrés sans retenue et nous offrent de vivre leurs propres émotions en pleine empathie.”

LES ÉPISODES

Épisode 1 – Je veux être footballeur professionnel (26’30’’) – diffusion le 27 juin dès 18h20 sur La Deux

Catégorie U13 (moins de 13 ans) Hadrien, Sasha et Adrien ont 12 ans et rêvent de devenir footballeurs professionnels. Ils jouent dans la même équipe à Waremme en province de Liège. Hadrien est gardien de but mais sa petite taille l’handicape. Sasha s’est fait viré du club élite d’Eupen à cause de son comportement. Adrien, quant à lui, a un père qui croit beaucoup en ses qualités et qui le pousse énormément.

Épisode 2 – 11 contre 11, ce n’est pas 8 contre 8 (26’50’’) – diffusion le 27 juin sur La Deux

Catégorie U13 (moins de 13 ans) Mathys est supporter du Standard alors que son père l’est d’Anderlecht. Quant à Martin, il est talentueux mais sa mère n’a pas très envie qu’il évolue dans le milieu du football professionnel qu’elle ne trouve pas sain. Avec Hadrien, Sasha et Adrien, ils découvrent le jeu à 11 contre 11 sur grand terrain comme les adultes.

Épisode 3 – On gagne ensemble, on perd ensemble (26’14’’) – diffusion le 27 juin sur La Deux

Catégorie U14 (moins de 14 ans) Nouvelle année, nouveau coach. C’est Karim qui reprend l’équipe. Pour la première fois, nos joueurs vont concourir dans un vrai championnat avec obligation de résultat s’ils veulent conserver leur statut Interprovinciaux.

Épisode 4 – La concurrence, c’est sain (25’58’’) – diffusion le 4 juillet dès 18h20 sur La Deux

Catégorie U14 (moins de 14 ans) Thibault est un joueur très technique mais il a du mal à jouer en équipe. Amaury, un nouveau gardien, vient renforcer le groupe, un rival pour Hadrien. Les matches de championnat s’enchaînent pour l’équipe. Les résultats ne suivent pas comme prévu.

Épisode 5 – Allez chercher la victoire ! (26’20’’) – diffusion le 4 juillet sur La Deux

Catégorie U14 (moins de 14 ans) La fin du championnat est très difficile. Tantôt ils passent eux-mêmes à côté de leur match, tantôt l’arbitre s’en mêle. Le dernier match est celui de la dernière chance. Pour garder leur statut Interproviciaux, ils doivent absolument le gagner.

Épisode 6 – Je vaux ce que je veux (27’12’’) – diffusion le 4 juillet sur La Deux

Catégorie U14 (moins de 14 ans) et Catégorie U15 (moins de 15 ans) Le coach, les joueurs et leur famille partent dans le nord de la France participer à un tournoi. À la fin de la saison, des joueurs passent des tests dans des clubs supérieurs. Cela va-t-il porter ses fruits ?

BONUS WEB SÉRIE

En plus des six épisodes de la série Les Enfants du Stade, il y a également un bonus sous forme de six capsules de 3 à 4 minutes destinées au web, Auvio et Youtube.

Capsule 1 – Les engueulades (03’53’’)
Mathys se fait remonter les bretelles par les différents entraîneurs au cours des années. Le bâton et la carotte.

Capsule 2 – La sélection (03’56’’)
Hadrien passe les tests pour incorporer la sélection provinciale liégeoise, sorte de mini-équipe nationale à l’échelle de la province.

Capsule 3 – Les fautes (03’50’’)
Les coachs apprennent à Luca et Nico à faire des fautes mais ils y vont un peu trop de bon cœur.

Capsule 4 – La blessure (03’10’’)
Lukas se blesse au cours d’un match. La CroixRouge vient à son secours.

Capsule 5 – La victoire (03’50’’)
Thibault se voit confier de grosses responsabilités avant un match important. Son équipe le gagne et fête la victoire.

Capsule 6 – Le penalty (03’00’’)
Mathys rate un penalty important lors d’un tournoi. Il pleure abondamment. Un an plus tard, il doit en tirer un à nouveau.

LES CLUBS RENCONTRÉS
Tout au long des épisodes, les joueurs vont être amenés à affronter d’autres équipes. Les voici : RFC Liège, Wanze Bas-Oha, RUS Givry, RUW Ciney, KSK Tongeren, KRC Genk, RCS Libramont, Royale Entente bertrigeoise, Étoile Elsautoise, Standard de Liège, La Louvière Centre, Sporting de Charleroi, ESC Coulogne, MVV Maastricht, KAA Gent.