Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

Violences intra familiales en période de crise : vers un nouveau dispositif d’alerte dans les pharmacies bruxelloises


Les violences intrafamiliales représentent un véritable drame dans notre pays. Depuis début 2017, on dénombre en Belgique plus de 100 féminicides. 100 féminicides ce sont 100 femmes mortes sous les coups de leur conjoint, ce sont aussi plus de 65 enfants orphelins, et même 11 enfants assassinés dans un contexte de violences conjugales. La semaine dernière encore (le 11 mai), une femme a été tuée par son époux sous les yeux de leurs trois enfants à Uccle.

La crise actuelle et le confinement imposé à la population dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid19 a renforcé cette situation dramatique. Les lignes d’écoute et de prévention des violences intrafamiliales ont vu leur nombre d’appels significativement augmenter au cours de cette période.

C’est pourquoi une proposition de résolution visant à accroitre les dispositifs de prévention et de prise en charge vient d’être déposée au Parlement bruxellois par la Députée socialiste bruxelloise Delphine Chabbert. Ce texte demande notamment au Gouvernement bruxellois et au Gouvernement fédéral de veiller à la mise en place et à la coordination du dispositif « Parlez-en à votre pharmacien » au niveau de la Région bruxelloise.

Delphine Chabbert précise : « Pourquoi les pharmacies ? Parce que de nombreuses femmes n’ont pas la possibilité d’appeler les ligues d’écoute, leur gsm étant contrôlé ou confisqué ; et encore moins de se rendre dans un commissariat. Une pharmacie est accessible à tous et toutes, on peut s’y rendre discrètement et les pharmaciens sont soumis au secret professionnel. Ils nous ont dit par ailleurs être très motivés : selon eux cela rentre dans leurs missions et ils ont les capacités d’accueillir ces victimes dans de bonne conditions ».

Ce texte demande que ce dispositif, qui a fait ses preuves en Espagne, en France et dans d’autres parties du pays, soit généralisé sur l’ensemble du territoire de la Région de Bruxelles-Capitale. « Ce dispositif n’est pas la solution unique aux violences conjugales ou intrafamiliales ; il vient compléter l’ensemble des mesures déjà existantes (lignes d’écoutes, CPVF, accueil par des associations etc.). Il manquait un dispositif d’alerte qui permet d’être préventif mais aussi d’agir rapidement dans les situations critiques par une mise en contact avec les services de police », complète Delphine Chabbert.

La proposition de résolution demande aussi au Gouvernement régional d’intégrer une stratégie ambitieuse de protection de la victime et d’éloignement du domicile des auteurs de violences dans le prochain plan régional de prévention et de sécurité et, en collaboration avec equal.brussels et Brusafe, d’accroître la sensibilisation aux violences intrafamiliales des différents agents de terrain (agents locaux, agents de prévention, etc.).