300 retraits de permis pour usage du téléphone au volant

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

L’arrondissement judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvoorde a décidé de hausser le ton face à l’usage du téléphone portable. L’infraction peut mener jusqu’au retrait de permis. Ce que la police n’hésite manifestement pas à faire puisque 300 personnes se sont vu confisquer leur permis en à peine deux semaines…

Tolérance zéro : c’est la règle que l’arrondissement judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvoorde a décidé de suivre concernant l’usage du téléphone portable au volant. En effet, bien qu’illégale, cette pratique est largement répandue chez nous alors que l’on connaît ses effets : l’usage du téléphone portable en conduisant augmente les risques d’accident de 25%. VIAS indique en effet que le téléphone est à l’origine de 8% des accidents mortels tandis qu’écrire un SMS en conduisant multiplie par 12 le risque d’accident. On estime que 50 personnes meurent chaque année en raison de ces pratiques et 4.500 sont blessées.

Pour cette raison, l’arrondissement judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvoorde a durci le ton depuis le 1er mai dernier, et ce jusqu’au 30 juin en rendant passible l’usage du téléphone au volant d’un retrait de permis et d’une amende pouvant aller jusqu’à 4.000 euros.

Interrogée par les radios de la RTBFIne Van Wymersch, procureur du roi de Halle-Vilvoorde, a dressé un premier bilan de la situation après deux semaines d’action. Et il est surprenant : la police a déjà procédé à 300 retraits de permis, ce qui est énorme. Mais selon Ine Van Wymersch, ce n’est pas terminé, car le message n’est pas encore suffisamment passé.

Pour les automobilistes, c’est évidemment un coup dur et qui ne restera pas isolé, car ils seront aussi convoqués devant le tribunal de police au mois de septembre prochain où ils risquent de nouvelles sanctions, notamment une amende pouvant aller jusqu’à 4.000 euros et un nouveau retrait de permis qui peut se prolonger jusqu’à 5 ans.

La répression est donc particulièrement brutale et on se demande dans quelle mesure elle sera efficace. Car ce que l’arrondissement judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvoorde parviendra plutôt à faire, c’est de fâcher fortement les automobilistes et perdre confiance dans les forces de l’ordre. Certes, le téléphone au volant est dangereux, mais il semble que, par rapport à d’autres infractions (rodéos sur la route, dérapages volontaires, vitesse excessive près des écoles), les mesures semblent disproportionnées.

Une règle définitive ?

Cette action de tolérance zéro est prévue jusqu’au 30 juin 2022. Cela dit, la procureur du roi indique qu’elle pourrait continuer en fonction de l’évaluation et des leçons tirées de cette expérience. Le retrait de permis pour usage du téléphone au volant pourrait donc devenir permanent et c’est, du reste, la crainte que nous évoquions précédemment.

Notons que tous les conducteurs sont concernés par cette mesure et pas uniquement des résidents. Ce qui signifie que toutes les personnes qui empruntent le Ring de Bruxelles (R0) sont susceptibles d’être interpellées. Le mode opératoire de la police est le même : les combis remontent le trafic et débusquent les utilisateurs. Prudence !

Source: gocar.be