Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

57 #nouveaux #logements sociaux rue de la Roue à Bruxelles

Le bureau Pierre Blondel Architectes a conçu un immeuble de 57 logements sociaux rue de la Roue à Bruxelles. Un projet à la géométrie complexe en fonction de son environnement hyper-urbain, minéral et bruyant, ayant incité les concepteurs à prévoir balcons préfabriqués traités comme des estampeurs acoustiques.

« Tenant compte des difficultés d’éclairement et du bruit, le rez-de-chaussée dans sa géométrie courbe est dédié à l’élargissement de l’espace public », expliquent les architectes. « Cela apporte de la lumière naturelle au hall d’entrée et au local commun pouvant servir d’espace polyvalent. Afin que les chambres des logements bénéficient d’un plus grand calme, elles ont été localisées à l’arrière du bâtiment en s’éloignant au maximum des nuisances sonores liées au chemin de fer. Cette localisation permet de laisser les orientations sud et ouest aux pièces de vie traversantes. »

Un défi lié à la géographie des lieux

La quasi-totalité des enjeux découle de la situation géographique du projet. « Cela a suscité toute une réflexion sur la question d’habiter face au train et en plein centre-ville. La fréquentation ferroviaire qui l’avoisine, le milieu très minéral et urbain qui l’entoure, le passage des voitures et la présence de skateurs sur l’espace public qui se trouve « à ses pieds » produisent, tous ensembles, des nuisances auditives fortes. Les balcons préfabriqués sont traités comme des ‘estampeurs acoustiques’ afin de protéger les appartements du bruit. Ils proposent un système innovant : ils sont travaillés avec un décaissé rempli d’isolant acoustique et recouvert par une tôle colorée. La géométrie complexe du projet, grâce à ses décrochements, permet de retrouver des percées latérales et ainsi la meilleure orientation possible tout en évitant une trop grande frontalité avec les voies ferrées. »

Basse énergie, sans techniques sophistiquées

« La volonté environnementale de notre bureau a été d’essayer de trouver autant que possible des solutions simples, parfois élémentaires  – orientation, ventilation naturelle, structure – qui font le moins possible appel à des techniques sophistiquées. L’intégration des aspects énergétiques et de développement durable dans le choix des matériaux et des systèmes techniques fait du projet un bâtiment basse énergie. » (Illustrations : ©Marie-Françoise Plissart)

Source: Pierre Blondel Architectes