Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

61% des Belges vivent à moins de 200 mètres d’un arrêt de transport en commun



En Belgique, au 01/01/2020, 61% de la population réside dans un périmètre de 200 mètres autour d’un arrêt de transport public (bus, tram, métro, train). Si l’on agrandit ce périmètre à 500 mètres, on retrouve 93% de la population, et 99% si on l’élargit à un kilomètre. La promiscuité à 1 km est totale à Bruxelles et presque totale pour la province de  Flandre orientale (99,7%). Elle est la plus basse en province de Namur (96%) et oscille pour le reste entre 97% et 99% dans les autres provinces.

Au niveau communal, seul un peu plus de la moitié (53%) des habitants de Stoumont ont moins d’un kilomètre à parcourir pour trouver un arrêt de transport en commun. A Erezée, deuxième de ce classement inversé, c’est déjà le cas pour 71% de la population. Par ailleurs, 96 communes ont l’entièreté de leur population dans ce périmètre d’un kilomètre d’un arrêt. C’est, sans surprise, le cas de toutes les communes bruxelloises, mais aussi de communes plus rurales comme Herbeumont.

Avoir un arrêt à seulement 200 mètres de chez soi est une réalité pour 95% des habitants de Koekelberg alors que c’est le cas pour 90% des ressortissants de Saint-Josse-ten-Noode, deuxième de ce classement. Cette hyper-proximité n’est vécue que par 18% des résidents de Vorselaar et Stoumont.

Statbel, l’office belge de statistique, publie dans son DataLab, des statistiques basées sur de nouveaux découpages géographiques. Ils permettent d’identifier la population vivant à une distance définie d’un point. Ce point peut être un hôpital, une gare, la frontière, une autoroute ou entrée d’autoroute, une école ou une maison de repos.

>> Lire plus

Source Statbel