Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

Le 07.04 CINEMATEK projette Casablanca de Michael Curtiz dans le cadre du cycle Images interdites. Victor Laszlo (Paul Henreid), un héros de la résistance hongroise, entre au Rick’s Café avec sa femme Ilsa (Ingrid Bergman), dans l’espoir de s’échapper vers Lisbonne puis l’Amérique, avec comme bagage leur passé commun.

L’une des raisons pour lesquelles Casablanca fonctionne toujours aussi bien auprès du public contemporain est que le film transcende tous les genres. Il y a beaucoup d’humour, mais ce n’est pas une comédie, il y a beaucoup de drame, mais ce n’est pas non plus une tragédie. C’est à la fois un film romantique et une œuvre de propagande efficace qui, en 1942, a su convaincre les Américains que c’était une bonne idée de s’engager dans la guerre.

Michael Curtiz, de son nom hongrois Mihály Kertész, réalise en 1915 le film muet A Tolonc / L’Indésirable en Hongrie. La nouvelle restauration numérique nous dévoile un réalisateur sachant déjà faire ressortir les nuances des personnages dans des mélodrames intenses, et qui possède une délicatesse lorsqu’il s’agit de montrer le pathos sans jamais devenir pathétique.

Trois ans plus tard, en 1918, Alexander Korda (Sándor Korda) dépeint l’occupation turque de la Hongrie à travers le portrait d’un officier de marine au grand cœur sur le Danube dans Az aranyember / L’Homme en or. Korda se fait ensuite connaître au Royaume-Uni en tant que réalisateur (The Private Life of Henry VIII) et producteur (The Third Man).

C’est avec ces deux films muets rarement montrés que débute notre rétrospective “120 ans de cinéma de Hongrie, ils ont pensé en images inoubliables“.

Découvrez ce cycle de 11 films singuliers, entièrement restaurés et sous-titrés en français et en néerlandais. Notez également la venue du réalisateur István Szabó le 11.05 pour présenter son film Mephisto !

120 ans de cinéma de Hongrie : 20.04 > 12.05

En partenariat avec l’Institut national du film de Hongrie et l’Institut Liszt – Centre culturel hongrois Bruxelles. Du 20.04 au 17.06, l’Institut Liszt accueillera l”exposition “Wide Angle – 120 ans de cinéma de Hongrie”.

Marie Losier

18.04 > 13.05

Après le MOMA (NYC) et le jeu de Paume (Paris), CINEMATEK et le Centre du Film sur l’Art présentent une retrospective exceptionnelle du travail de la cinéaste française Marie Losier.

L’artiste Marie Losier revisite, de manière ludique, le genre du portrait filmé avec sa Bolex 16 mm. La plupart de ses films et vidéos, entre art et cinéma, ont été réalisés en collaboration avec les légendes de l’avant-garde auxquelles ils sont dédiés, telles que Genesis P-Orridge ou Tony Conrad.

En ouverture du cycle, Marie Losier présentera ses films les plus récents : le court-métrage Taxidermisez-moi (2021) réalisé au musée de la Chasse et de la Nature de Paris et Felix in Wonderland (2019), portrait de l’artiste et musicien allemand Felix Kubin.

Le musicien Felix Kubin se livre également à une performance de piano aérien le 24.04, en guise de bref échauffement pour le ballet opératique de la chorégraphe Pina Bausch à travers l’objectif de Chantal Akerman.

Ne manquez pas de lire la magnifique lettre que Felix Kubin a écrite à Marie Losier comme introduction à cette rétrospective et carte blanche.

Ce cycle est programmé par CINEMATEK et le Centre du Film sur l’Art (C.F.A.)
En collaboration avec l’Ambassade de France en Belgique & l’Alliance Française et ÂGE D’OR / ÂGE D’OR.

Queer

18.04 19:00

Our Story: In drag in Barcelona.

Ocaña, retrat intermitent, Ventura Pons, Espagne - Spanje 1978
O pássaro da noite, Marie Losier, Portugal 2016, couleur - kleur / 20’ / sonore - geluid

En guise d’introduction à la visite de Marie Losier, nos bénévoles de Our Story organisent une soirée sur l’univers du camp de l’artiste José Pérez Ocaña. Entre performance, théâtre populaire, peinture et sculpture, Ocaña utilise le travestissement comme l’un des outils pour déconstruire les normes sexuelles, religieuses et sociales de son époque.

23.04 19:00

Bim, Bam, Boom, las Luchas Morenas ! Marie Losier, USA / Danemark - Denemarken / Mexique - Mexico 2014, couleur - kleur / 12’ / ST - OND: EN
Cassandro, the Exótico ! Marie Losier, France - Frankrijk / Suisse - Zwitserland 2018, couleur - kleur / 73’ / ST - OND: FR

Une immersion dans la Lucha Libre mexicaine en deux rounds. D’abord Rossy, Esther et Cynthia, trois sœurs et catcheuses professionnelles qui font partie de la dynastie Moro, sont les concurrentes les unes des autres sur le ring.

Puis Cassandro, le roi des Exóticos, des lutteurs travestis mexicains qui défient les préjugés dans un sport très macho.

Musique

23.04 17:00

Electrocute Your Stars Marie Losier, USA 2004, couleur - kleur / 8’ / ST - OND: FR
Bird Bath and Beyond Marie Losier, USA 2003, couleur - kleur / 13’ / ST - OND: FR
Byun, objet trouvé Marie Losier, USA 2012, couleur - kleur / 7’ / sonore - geluid
Alan Vega, Just a Million Dreams Marie Losier, France - Frankrijk / USA 2014, couleur - kleur / 16’ / sonore - geluid
Manuelle Labor Marie Losier, USA 2007, NB - ZW / 10’ / musique - muziek

Sur une bande son haletante traversant la carrière de l’artiste, Marie Losier nous fait découvrir ici un Alan Vega complice et joueur. À 74 ans et alors qu’il vient d’être victime d’une attaque cérébrale, le chanteur de Suicide semble beaucoup s’amuser devant la caméra 16mm de la réalisatrice. Au point de se demander : regardons-nous un papa parfait ou un parfait performeur ? Les membres de cette famille rock n’roll prennent ainsi un malin plaisir à brouiller les pistes entre intimité et mise en scène, allant jusqu’à disparaître derrière des masques identiques à l’effigie du chanteur. Si nul ne sait à l’issue de ces 16 minutes qui se cache vraiment derrière la star, une chose est sûre : les idoles ne meurent jamais !

06.05 19:00 

The Ballad of Genesis and Lady Jaye
Marie Losier, US 2011
kleur ⁄ 72′ ⁄ TIT: EN ⁄ ST-OND: OND: ~

L’histoire de l’artiste Genesis Breyer P-Orridge et de sa femme et partenaire artistique, Lady Jaye, qui par amour décidèrent de se fondre en une seule entité. Artiste majeur de l’avant-garde new-yorkaise de ces 30 dernières années, considéré comme l’un des pères de la musique industrielle, Genesis a défié les limites de l’art et de la biologie. En 2000, Genesis débute une série d’opérations afin de ressembler trait pour trait à Lady Jaye, une performance risquée, ambitieuse et subversive. “The Ballad of Genesis and Lady Jaye” relate cet acte ultime d’amour et de dévotion.

Culte

24.04 21:15

Oncle Yanco, Agnès Varda, France - Frankrijk 1967, couleur - kleur / 18’ / V: FR / ST - OND: —
Grey Gardens, David Maysles, Albert Maysles, Ellen Hovde, Muffie Meyer, USA 1976, couleur - kleur / 94’ / V: EN / ST - OND: —
Les vies de Edith Ewing Bouvier Beale et de sa fille (respectivement tante et nièce de Jacqueline Kennedy) ressemblent trait pour trait à une pièce de théâtre. C’est donc tout naturellement que leur existence se divise en actes, composés eux-mêmes de scènes, rivalisant presque les unes avec les autres pour décrocher la palme du dramatisme.

Sedmikrasky / Daisies

28.04 19:00
01.05 18:00
05.05 21:00
10.05 19:00

Vera Chytilova, Tchécoslovaquie - Tsjechoslov akije 1966, Ivana Karbanová, Jitka Cerhová, Marie Cesková / NB + couleur - ZW + kleur / 75’ / ST - OND: FR - NL FRGlande éhontée, grimaces, déguisements, fardages, bataille de bouffe (la scène qui scandalisera le régime), entartage, singerie d’un fox-trot dans un club huppé, exploitation de vieillards sentimentaux et/ou libidineux, mise en langueur sadique d’un amoureux transi par une Marie I rebaptisée en Juliette pour l’occasion et qui n’entend pas se laisser épingler au mur tels ses papillons, mimes de castration à base de ciseaux et divers fruits et légumes. En plus genré et politisé, Les Petites Marguerites joue d’un burlesque du scandale façon Marx Brothers ou Curb Your Enthusiasm, où l’anticonformisme dévoile l’arbitraire des conventions.