Accord budgétaire au gouvernement bruxellois

Accord budgétaire au gouvernement bruxellois

Le Gouvernement bruxellois a conclu un accord sur le budget pour 2022 de la Région. Face au contexte budgétaire difficile dû à la crise sanitaire de la Covid-19, le Gouvernement se dote d’un budget maîtrisé et poursuit ses investissements en faveur de l’amélioration de la qualité de vie des Bruxelloises et des Bruxellois, pour l’accès de tous au logement et à l’emploi, en faveur d’une mobilité apaisée, et pour répondre à ses engagements climatiques. Le Gouvernement débloque également des moyens pour la santé, pour faire face à la crise sanitaire, sociale et énergétique mais aussi pour la relance. L’équilibre budgétaire en 2024 est par ailleurs toujours en ligne de mire.

« Le Gouvernement bruxellois devait trouver une solution pour un manque à gagner d’environ 360 millions d’euros. Grâce à la relance économique, en lissant certains investissements prévus et en réalisant les économies nécessaires, nous pouvons combler cet écart. C’est ainsi que nous avons réussi à maintenir le budget dans la bonne direction, sans augmenter les impôts des Bruxelloises et des Bruxellois», explique le Ministre du Budget, Sven Gatz.

 Un budget tributaire de la crise sanitaire

Les mesures de soutien à l’économie et aux secteurs social et culturel prises par le Gouvernement bruxellois au cours de ces 19 derniers mois pour faire face à la crise sanitaire ont eu un impact sur la situation financière de la région. Ces mesures étaient nécessaires pour permettre à l’économie de notre région, aux nombreux indépendants, salariés qui ont vu leurs revenus se tarir presque totalement et aux acteurs socio-culturels privés d’activité de traverser cette crise incroyablement difficile. En outre, le déploiement de la réforme de la taxe de circulation et donc l’introduction de SmartMove ont été retardés pour permettre les concertations intra-régionales.

Le Gouvernement a trouvé une solution au manque à gagner d’environ 360 millions d’euros, sans remettre en cause les engagements très volontaristes traduits dans le budget pluriannuel que le Gouvernement a élaboré en début de la législature.

 Des recettes à la hausse

Certaines recettes de la Région bruxelloise sont nettement supérieures aux prévisions, s’élevant à 117 millions d’euros. C’est le cas, par exemple, pour des droits de succession, des droits d’enregistrement et des droits de donation. L’économie de la capitale se redresse également. En effet, elle repart à nouveau à la hausse.

En outre, le Gouvernement économisera 140,7 millions en constatant l’étalement ou en reportant un certain nombre d’investissements. Les études de projets, comme les chantiers, ont en effet connu des ralentissements dus à la situation sanitaire. Le Gouvernement bruxellois reste un très grand investisseur public avec 1,3 milliard d’euros investis par an.

Enfin, le Gouvernement bruxellois a accepté de faire des économies à hauteur de 105 millions d’euros et démontre ainsi qu’il prend ses responsabilités.

L’objectif du Gouvernement bruxellois est toujours de boucler le budget en équilibre structurel d’ici la fin de la législature en 2024.

L’accord intervenu confirme donc que le Gouvernement bruxellois reste un gouvernement d’investissement. Les ambitions tracées dans la Déclaration de Politique Régionale, traduites dans le budget pluriannuel pour les compétences du logement, de la mobilité, pour la transition climatique et pour augmenter le taux d’emploi des Bruxelloises et Bruxellois, restent entières. La mise en œuvre du Plan d’Urgence Logement est ainsi assurée. Les travaux d’infrastructures pour le métro se poursuivent ainsi que l’adaptation des voiries pour une mobilité apaisée. L’augmentation de l’offre de transport en commun, ainsi que l’accélération de la sortie du thermique de la flotte bus de la STIB sont garanties. Par ailleurs, les investissements dans les casernes des pompiers seront poursuivis en 2022.

 Mais aussi des investissements

Le Gouvernement poursuit aussi la trajectoire d’investissements massifs dans la transition climatique bruxelloise dont l’isolation du bâti et la transition économique via notamment l’implication des professionnels de la construction et des acteurs de l’économie circulaire dans le programme Renolution. Par ailleurs, des moyens importants sont également prévus pour une transition juste dans le cadre de la lutte contre la précarité énergétique et hydrique.

Le budget 2022 prévoit également des moyens supplémentaires pour les pouvoirs locaux. Très largement sollicités pendant la crise sanitaire, ils ont démontré leur efficacité au service des Bruxellois. Le Gouvernement a ainsi débloqué des moyens pour revaloriser les travailleurs de la fonction publique locale et augmenter l’offre d’infrastructures sportives.

Des moyens supplémentaires sont également prévus pour renforcer la politique d’égalité des chances.

L’accord porte également sur le budget de la Commission Communautaire commune. Le budget prévu permettra de faire face aux importants besoins dans le domaine social-santé, en ce compris les effets de la crise sanitaire. Le budget assure notamment le paiement des allocations familiales.

Par ailleurs, la santé est une priorité : le Gouvernement prévoit tous les moyens nécessaires pour poursuivre la lutte contre la Covid-19 : un montant provisionnel de 94 millions est ainsi inscrit au budget 2022 pour la poursuite de la vaccination, du testing, du tracing et des dispositifs locaux de sensibilisation et d’information.

Les moyens dégagés permettent aussi la mise en œuvre des accords non-marchands.

« C’est un bon accord qui réalise la délicate synthèse entre responsabilité budgétaire et maintien des objectifs fixés pour la législature » conclut le Ministre-Président Rudi Vervoort.

Le Ministre du Budget, Sven Gatz, soumettra, comme d’ordinaire, le budget au Parlement bruxellois à la fin du mois d’octobre. L’exposé des motifs et la discussion en commission suivront en novembre.

VOS COMMENTAIRES