#AUDERGHEM « DUO », AU « CENTRE D’ART DE ROUGE-CLOÎTRE », À AUDERGHEM, DU 08 JUSQU’AU 23 JANVIER

A l’extrême droite, le « Centre d’Art » © « Rouge-Cloître »
ⓒ Jean-Pol Rouard ⓒ « Centre d’Art de Rouge-Cloître »

Deux amis, un plasticienBernard Boigelot, et un graphiste, Jean-Pol Rouard, ayant débuté leurs études artistiques ensemble, à l’ « IATA » (« Institut d’enseignement des Arts, Techniques, sciences et Artisanats »),  à Namur, se retrouvent, bien plus tard, avec bonheur, au « Centre d’Art de Rouge-Cloître »à Auderghem, dans le but de réaliser une double exposition – accessible du samedi 08 jusqu’au dimanche 23 jannvier -, « Duo », célèbrant leurs parcours artistiques spécifiques et singuliers, ainsi que leur passion commune pour l’art.

Jean-Pol Rouard © Photo: Bernadette KluyskensAu rez-de-chaussée, nous découvrons une série d’affiches culturellesrécentes et plus anciennes, réalisées par Jean-Pol Rouard, qui conçoit des images pour assurer la promotion d’événements culturelssociaux et artistiques.

© Jean-Pol RouardAprès avoir étudié le graphisme et l’imageà l’ « Institut Saint-Luc »à Saint-Gilles, il suit les cours, durant un an,  à Ixellesà l’ « ERG » (« École de Recherche Graphique »), où il enseigne de 1982 à 2015, y ayant créé, dans les années ’90, un atelier de graphisme culturelspécialisé dans l’affiche.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est duo_11_rouart_the_metamorphosis.jpg

« Franz Kafka, the Metamorphosis » © Jean-Pol RouardSes réalisations – qui, en un coup d’œilen une image doivent marquer les espritsse figer dans nos mémoires – figurent régulièrement dans les catalogues des principales manifestations dédiées à l’affichede Mons à Mexicoen passant par LjubljanaNew-YorkTéhéranVarsovie, …

« Be Vegetarian » (« Soyez Végétarien ») © Jean-Pol Rouard

Souvent présent à l’étranger, quoique retraité, chez nous, à Libramont, il a été l’un des formateurs de l’ « AKDT »  (« Académie d’Eté »), ayant exposé au « Centre de la Gravure et de l’Image imprimée »à La Louvièreà la « Galerie Bortier », à Bruxellesà la « Galerie Détour »à Jambes-Namur, …

« Eté hongrois à Bruxelles » © Jean-Pol Rouard

Communicateur via l’affiche, lauréat de nombreux Prix, dont celui de la « meilleure affiche culturelle européenne »Jean-Pol Rouard est à la fois conférencier et membre de jurys, tant en Belgique qu’à l’étranger, aussi bien que commissaire et directeur artistique d’expositions autour du graphisme, voire organisateur de voyages d’études en Europe et à New-York, à la rencontre des artistesdes studiosdes musées et des principales manifestations concernant le graphisme et l’art, ses affiches étant exposées un peu partout dans le mondedu « Grand Palais »à  Paris, jusqu’à l’ « IBM Mexico », à Guadalajara.

« Wall of Shame » (« Mur de la Honte »), évoquant la « Bande de Gaza » © J.-P. Rouard

70è anniversaire de la « Déclaration universelle des Droits de l’Homme » © Jean-Pol RouardSensible au réchauffement climatiqueau terrorismeaux droits de l’homme, et à nombre d’autres causes, ses affiches nous parlent, avec un minimum de mots, comme à l’occasion, en 2018, à Paris, du 70è anniversaire de la  « Déclaration universelle des Droits de l’Homme« , avec une surface rouge, seulement recouverte de trois mots et d’un point d’interrogation : « Merci qui ? », ou encore, en 2018, à Katowice, pour la « COP24 », « Conférence des Nations Unies sur les Changements climatiques, une carte postale d’un paysage de rêve étant déchirée en deux, ne nécessitant pas le moindre commentaire.

« COP24 » (Conférence des Nations Unies sur les Changements climatiques) © Jean-Pol RouardA l’opposé, un peu de légèreté, en 2019, pour une exposition chez « Seed Factory, Maison de l’Image », à Bruxelles, avec « Le Chat », créé par Philippe Geluck, à nouveau d’actualité, en 2021, avec cette questionpour près de 5.000 signataires d’une pétitionconcernant un futur musée qui lui serait consacré :  » ‘Le Chat’ de son maître serait-il trop bavard au goût de certains ? »

Créé par Philippe Geluck, son « Chat » est contesté © Jean-Pol RouardNotons que plus un projet est simple, plus sa mise au point peut être complexe. Pour autant, la séduction n’est jamais absente, tant la réussite de toute communication commence par l’attraction et l’émoi. La jouissance est partout dans ces images qui baignent de couleurs souvent sensuelles, de la fraîcheur des matières, de contrastes, tout en douceur, dans la gravité de certains sujets, comme pour évoquer le drame syrien, illustré d’un simple foulard, avec ces mots : « Syrian Civil Carnage » (« Carnage Civil Syrien »).

« Syrian Civil Carnage » (« Carnage Civil Syrien ») © Jean-Pol Rouard

Soulignons enfin que les travaux de ses étudiants, régulièrement primés, ont été présentés à un très large public, faisant l’objet de publications ou d’éditions.

« La Collection de Timbres », derrière Bernard Boigelot © Christine Pinchard/« L’Avenir »« Je suis un peintre qui a troqué ses tubes de couleurs pour la correspondance postale … Quand j’étais professeur à l’ Académie des Beaux-Arts’, à Namur, outre enseigner les bases, je voulais donner envie à mes élèves d’expérimenter autre chose: dessiner sans dessiner, sculpter sans sculpter. Il y a de multiples manières de le faire. Moi, mes pots de couleurs, ce sont les enveloppes et ce qu’elles contiennent », nous confiait Bernard Boigelot, dont les oeuvres de philatélie particulière nous attendent au premier étage.

Parmi celles-ci, nous découvrons deux impressionnantes sculptures réalisées avec des timbres enroulés sur de petites tiges métalliques. Assurément, il s’agit bien d’oeuvres d’artrécupérant des timbres poste oblitérés et donc normalement destinés à être jetés.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est duo_17_timbres_grande_feuille.jpg« 2.720 » © Bernard BoigelotAvec moins de relief, nous trouvons « 2.720 », ce titre évoquant le nombre de timbres postes utilisés, sachant que 15 rangées sur 17, sont constituées, chacune, de 16 effigies du Roi Baudouinformées, chacune, de 4 à 8 timbres.

A la question d’apprendre l’origine, chez lui, de ce type d’expression artistique, il nous répond : « J’avais gardé tout mon courrier dans le grenier de la maison de mes parents. Âgé de 15 ans, je m’apprêtais à tout détruire, quand je me suis dit que je leur accorderais bien une seconde vie, vu que je ne comptais plus les relire. »

Robe aux effigies de Baudouin © Bernard Boigelot © Ph. : « BPS22 »

Si son papa collectionnait les timbres poste, ce ne fut pas le cas de son fils, qui s’intéressa aux timbres d’une toute autre manière, en réalisant des oeuvres variéesparfois textiles, comme trois robesréalisées avec des timbres à l’effigie du Roi Baudouin, qui furent portées à l’occasion de divers événements, l’une d’entre elles nous étant pésentée au « Centre d’Art de Rouge-Cloître ».

Mais pourquoi donc ces milliers de timbres à l’effigie de notre ancien Roi et pas un seul avec son neveuPhilippe « Simplement, parce que les timbres avec le Roi Philippe sont auto-collants, ce qui ne me permet pas de les utiliser », nous répond Bernard Boigelot

« L’oblitération fait le timbre » , avec des timbres de nombreux pays © Bernard BoigelotIl poursuit : « Il y a tous les fragments d’ADN, avec la salive ayant servi à coller le timbre, le rabat de l’enveloppe. Internet a démoli cet aspect, tout le monde ayant la même empreinte numérique. Avec les SMS, il y a une perte de mémoire, d’authenticité. J’aime recevoir du courrier et en envoyer. Il n’y a pas besoin de batterie pour cela. Puis, il y a cet effort pour séduire, interpeller. J’aime aussi réexpédier des lettres… »

« Noël se cache », inclant 4 timbres du « Père Noël », à retrouver dans l’ensemble © Bernard BoigelotLes timbres, les oblitérations, les enveloppes, les écrits sont, ainsi, la source d’inspiration de sa production artistique. Remarqué par les critiques pour cette singularité d’expression, il témoigne d’un souci constant de préserver la poésienon dénuée d’un certain humour, dans l’ensemble de son oeuvre.

« Images Fantômes » © Bernard BoigelotAdepte du « Mail Art”, Bernard Boigelot nous confie que celui-ci est traditionnellement attribué à l’artiste américain  Ray Johnson (1927-1995), qui, en 1962, créa la « New York Correspondance School »où il enseignait différentes techniques utilisées pour personnaliser les envois, tel le détournement des timbres poste et des estampilles postales, les enveloppes devenant de véritables moyens d’expression, en faisant des créations uniques, qui – partagées gratuitement, sans préoccupation mercantile – sont décorées de collages, dessinsphotographies  ou d’objets, ces derniers, reliés à une adresse, pouvant être envoyés sans enveloppe.

« Géométrie timbrée », au joli assortissement de couleurs © Bernard Boigelot © Ph. : « BPS22 »

Evoquant ce « Mail art »notre confrère Vincent Baudoux, écrivait, pour « Mu in the City » : « Il s’agit d’un art pauvre, qui ne peut s’offrir une seconde vie que si un regard neuf lui en offre l’occasion. Ceci rencontre assez bien la thématique actuelle du recyclage imposé par les gaspillages liés à la surconsommation … Pourtant, à y regarder de près, la façon dont l’artiste manipule, ici, sa matière première requiert une immense dose de savoir-faire, une dextérité hors du commun, une précision chirurgicale dans les découpes, de superpositions et de mises au point d’agrandissements sérigraphiques. En un mot, si l’usage normal d’un timbre ne requiert aucune compétence particulière, il en va tout autrement dans ces tableaux où la technique traditionnelle des peintres cède la place à une ingéniosité artisanale et un métier, autre, mais tout aussi complexe. »

« Lettre ouverte » © Bernard BoigelotS’intéressant à l’une de ses oeuvres, il écrit : « Les artistes novateurs agissaient avec le système postal comme ils le faisaient avec l’art académisé, afin d’en refuser les normes implicites.  ‘Lettre ouverte’ illustre bien ce principe quand l’enveloppe, judicieusement pliée, devient couvercle pour une lettre manuscrite, qui devient elle-même un conteneur en trois dimensions pour une cargaison de timbres enroulés. La lettre banale, plate, utilitaire, devient sculpture. »

«  Lettre intemporelle » © B. Boigelot © Ph. : « S.I. » de Jambes

Ayant exposé, en 2021, au « BPS 22 »à CharleroiBernard Boigelot exposait, en 2020, à Jambes-Namur, à la  « Tour d’Anhaive » –  un lieu muséal géré par le « S.I. » (« Syndicat d’Initiative ») de Jambes et la « Société  archéologique de Namur -, au sein de l’exposition « Résonances », avec des membres de l’asbl « Arts Emulsions », il nous avait confié : « Depuis de nombreuses années, toute mon activité artistique se réalise en étroite relation avec des correspondances postales, qui, une fois récupérées, sont utilisées dans mes recherches plastiques, afin de sacraliser cette trace humaine en une œuvre d’art », ce dont nous pouvons apprécier en nous rendant au « Centre d’Art de Rouge Cloîtreà Auderghem ».

© Jean-Pol Rouard © « Centre d’Art de Rouge-Cloître »

© « Rouge Cloître »

Ouverture : du samedi 08 jusqu’au dimanche 23 janvier, du mercredi au dimanche, de 14h à 17h. Prix d’entrée : 3€  (2€, en tarif réduit / 0€, pour les moins de 12 ans). Obligation sanitaire : port du masque buccal (« CST » non requis). Contacts : 02/660.55.97. Site web : http://www.rouge-cloitre.be.

Yves Calbert.