Auderghem remboursera le transport des celles et ceux qui ont des difficultés à se déplacer

La Région bruxelloise annonce qu’elle va accélérer l’envoi des invitations
à se faire vacciner. Pour bon nombre de personnes, le transport vers les
centres de vaccination posera d’importants problèmes de mobilité.
Auderghem a donc décidé de mettre en place un mécanisme de soutien
ciblés sur les publics prioritaires.
Les Bruxellois qui choisissent de se faire vacciner devront se rendre dans un centre régional
de vaccination. Pour bon nombre d’entre eux, ce déplacement posera d’importants
problèmes de mobilité, avec le risque qu’ils renoncent à se faire vacciner. Un risque d’autant
plus inacceptable qu’il s’agit souvent des personnes les plus vulnérables.
Voilà pourquoi, la commune d’Auderghem a décidé de mettre en place un mécanisme de
soutien sous forme de remboursement des frais de transport.
Ce mécanisme de soutien a été conçu de telle manière à cibler les publics prioritaires, à
savoir :
1. Toute personne qui a un handicap déclaré1
, quel que soit son âge et qui a des difficultés à
se déplacer.
2. Les personnes qui ont plus de 75 ans et qui, pour des raisons de santé, ne peuvent se
rendre dans les centres de vaccination COVID par leur propres moyens.
3. Les personnes qui bénéficient du statut BIM (ex-VIPO) et qui, pour des raisons de santé,
ne peuvent se rendre dans les centres de vaccination COVID par leur propres moyens, quel
que soit leur âge.
Concrètement, la commune invite ces personnes à prendre le taxi (ou une autre société de
transport) pour se rendre dans les centres de vaccination. Si elles rentrent dans les critères,
elle leur remboursera intégralement le coût des 4 courses (2 par injection).
« La solidarité est plus qu’essentielle aujourd’hui », conclut Didier Gosuin, bourgmestre.
« L’aide doit aller à ceux qui en ont le plus besoin. C’est la raison pour laquelle, nous avons
voulu que ce soutien s’adresse spécifiquement aux publics prioritaires ».

RECOMMANDÉ POUR VOUS