Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

Budget 2021 du CPAS de la Ville de Bruxelles : un budget ambitieux pour répondre à l’urgence sociale



La première séance du conseil communal de l’année 2021 avait pour ordre du jour
l’adoption du budget de la Ville et du CPAS. Adopté avec un budget total de 387.838.200 €,
le CPAS entend poursuivre le soutien aux personnes touchées par la crise du coronavirus et
continuer en matière d’innovation, de proactivité et de transversalité.
« Le budget 2021 du CPAS se veut réaliste et ambitieux. » Commente Khalid Zian, Président du
CPAS de la Ville de Bruxelles. « Réaliste, car il prend en compte les effets de la crise sanitaire
mais également la hausse des frais de fonctionnement, en conséquence notamment du
télétravail et de l’équipement nécessaire à celui-ci pour l’ensemble du personnel du CPAS, mais
également l’augmentation des besoins de fonctionnement dans les maisons de repos ou
encore le déploiement d’une nouvelle expertise en matière d’aide sociale. Ambitieux aussi, car
il continue de s’inscrire dans la ligne de la note politique générale de majorité initiée au début
de cette législature. »
Dans son ensemble, le budget 2021 du CPAS s’élève 387.838.200€ : 337.983.600€ pour
l’exploitation et 49.854.600€ pour de l’investissement.
« En 2021, le CPAS entend poursuivre et approfondir son action et développer ses projets
sociaux et immobiliers avec pour préoccupation de répondre à l’urgence sociale et aux
situations de détresse générées par le contexte sanitaire. » Poursuit Khalid Zian.
En ce qui concerne le champ de l’action sociale, en 2021, l’accent sera mis sur
l’accompagnement spécifique et personnalisé de familles et personnes en situation de
précarité, à savoir une approche au cas par cas. En ce sens, l’extension des projets de
prévention de la pauvreté via des actions de soutien sera poursuivie ; collaboration avec les
services et écoles de la Ville de Bruxelles pour le soutien aux étudiants, soutien coaching au
familles monoparentales via le projet MIRIAM, réduction de la fracture numérique ou encore
une évaluation de la cellule dédiée à des actions de sociabilisation et d’accompagnement des
familles roms.
Le CPAS continuera de répondre à l’urgence sociale liée à la crise du coronavirus, au travers
de sa cellule COVID, ouverte aux nouveaux publics et aux partenariats avec l’associatif, et
travaillera, en liaison avec les 11 antennes sociales et les services transversaux du CPAS, pour
rencontrer les situations compliquées que vivent certains ménages modestes à la suite de la
baisse brutale de leurs revenus.
Pour le volet Emploi et économie sociale, l’action du CPAS consistera dans le cadre de la
réforme des articles 60 voulue par la Région, d’améliorer le niveau d’encadrement et de
compétence des travailleurs en insertion socioprofessionnelle afin de garantir l’obtention d’un
emploi pérenne. Pour rappel, un contrat article 60 est un contrat de travail par lequel un
bénéficiaire du revenu d’intégration sociale peut bénéficier d’une mesure de mise à l’emploi
via le CPAS. Il permet une expérience professionnelle ainsi que l’ouverture des droits aux
allocations de chômage à la fin du contrat.
Au niveau des maisons de repos et soins, le programme des travaux de restructuration des
maisons de repos et soins, en collaboration avec le département travaux, sera poursuivi. Plus
de partenariats seront également établis avec les Maisons de Quartier, dans le cadre de la
politique Senior transférée vers le CPAS en 2020 et une véritable programmation culturelle
pour les maisons de repos et soins sera envisagée.
Enfin, la poursuite du plan « 750 logements » sera assurée via divers projets tels que la
reconversion et le développement du site Pacheco en un programme intergénérationnel ; la
finalisation du projet 160 Emile Bockstael pour la construction de 16 unités de logements dont
1 à destination des personnes à mobilité réduite ; L’achèvement de l’avant-projet pour la
construction d’un bâtiment à l’angle de la rue Haute et rue de l’Abricotier qui accueillera 14
logements assimilés à du social, une crèche, une surface commerciale et une surface pour les
bureaux du CPAS ; …
« La création d’habitats groupés, de transit et de logements étudiants est également à
l’agenda ainsi que la création d’une trentaine de logements d’urgence. Il s’agit là de plus de 60
logements à prévoir. » précise Khalid Zian. « En ajoutant que, dès ce début d’année, le CPAS
mènera une politique systématique d’occupation de ses immeubles provisoirement vides par
des projets de logement ou de nature culturelle et sociale. » conclut-il.