Capitale européenne de la Culture 2030 Bruxelles lance un appel pour désigner la personne qui portera sa candidature

Dans dix ans, la Belgique verra une de ses villes devenir capitale européenne de la culture. A cette occasion, la Région de Bruxelles-Capitale se portera candidate en son nom avec la Ville de Bruxelles et l’ensemble des communes bruxelloises. Le Gouvernement régional bruxellois a également acté souhaiter adjoindre des partenaires en Flandre et en Wallonie pour renforcer sa candidature dans la perspective du bicentenaire de la Belgique fédérale, multiculturelle et coopérative.

 

« Notre Région a connu une décennie marquée par le défi du renforcement des compétences régionales notamment en ce qui concerne la culture d’intérêt régional. Elle a aussi enduré les attentats de 2016 et aujourd’hui la pandémie de 2020, deux événements tragiques qui questionnent notre vivre et faire ensemble », constate Rudi Vervoort, Ministre-Président. « Bruxelles a besoin de projets mobilisateurs à l’horizon de dix ans ! J’ai lancé une dynamique pour renforcer notre stratégie économique et d’emploi afin que Bruxelles continue d’être un moteur pour notre pays. J’ai souhaité ouvrir un grand musée d’art moderne et contemporain ouvert sur la ville dans la zone du canal. Il est donc évident pour moi que le projet de notre ville-région soit aussi culturel. En 2030, je l’appelle de mes vœux, la capitale de l’Europe sera capitale de la Culture. »

Afin de se donner toutes les chances de réussir ce projet mais aussi le temps de fédérer le secteur artistique et culturel et d’y inclure la société civile bruxelloise, le Gouvernement a décidé de lancer un appel pour désigner un chargé de mission qui devra avant 2024, préparer l’acte de candidature.

Parmi les missions qui lui seront confiées, il devra définir le plan financier, les modes de gestion et les outputs potentiels du projet. Il s’agira aussi de rassembler les partenaires potentiels de cette candidature. C’est pourquoi il devra fédérer toutes les parties prenantes publiques comme privées autour du projet, faire émerger une démarche de travail ascendante pour permettre à l’ensemble de la communauté artistique et culturelle bruxelloise d’être incluse et animer la participation citoyenne afin que la candidature soit celle de tous Bruxellois et Bruxelloises. Ce chargé de projet sera le représentant de la candidature auprès du grand public, des professionnels, de la presse et de la communauté nationale et internationale.

Pour incarner ce projet, le Gouvernement bruxellois lance un appel large pour trouver une personne ou un groupe de personnes avec une grande expérience tant artistique qu’administrative et financière.

Si la candidature de la Région-Capitale est acceptée en 2024, un nouvel appel pour désigner le coordinateur général du projet pour 2030 sera lancé.

Les candidatures seront à remettre avant le 1er décembre 2020. La mission commencera au plus tôt le 1er janvier 2021. Plus d’informations sur les modalités de dépôt : https://rudivervoort.brussels/news_/appel-pour-designer-un-e-charge-e-de-mission-pour-bruxelles-capitale-europeenne-de-la-culture-en-2030/

Le Ministre-Président Rudi Vervoort rappelle que « l’objectif de la candidature est de fédérer notre Région autour d’un projet culturel et artistique qui fait honneur à notre diversité sociologique et culturelle et qui tisse des liens entre les citoyens, les opérateurs culturels artistiques, le monde public et la sphère privée. A Bruxelles, il n’y a pas une culture, il y en a une multitude. L’enjeu est de donner une place d’expression au plus grand nombre et de créer les ponts et les liens entre elles. Je souhaite que ce projet puisse rassembler ce qui est épars tant sur le plan artistique qu’humain. Ce travail ne pourra que se concevoir dans une logique ascendante permettant à la candidature d’émerger d’un rassemblement issu de la participation active de l’ensemble de la société bruxelloise en étant populaire sans être caricatural, en étant élitiste sans être excluant. »

Pascal Smet, Secrétaire d’État en charge des Relations européennes et internationales : « S’il y a une ville qui mérite d’être une capitale de la culture, c’est bien Bruxelles. Le laboratoire du futur. Ville de minorités où chaque culture peut s’épanouir, où la connexion mène à une valeur ajoutée. 200 ans après la création de l’État constitutionnel le plus libéral de Belgique, il serait bon de couronner Bruxelles comme une ville du futur. La capitale de l’Europe avec une nouvelle baukultur qui devient un Heimat d’artistes. »