Covid-19 : à quoi ressemblera le “passeport sanitaire” européen, destiné à faciliter les voyages ?

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

Depuis le début de la vaccination dans les Etats membres, la question d’un “passeport sanitaire” permettant aux citoyens européens de circuler sur le territoire de l’Union se fait de plus en plus pressante. Dans cette optique, la Commission a proposé de mettre en place un document baptisé “certificat numérique européen Covid”, offrant une approche unifiée au niveau du continent.
En centralisant les preuves de vaccination, de guérison et les tests négatifs, le certificat vert numérique devrait faciliter les voyages au sein du territoire européen. Il devrait être voté en session plénière du 7 au 10 juin prochain – Crédits : Vladimir Vladimirov / Istock
En centralisant les preuves de vaccination, de guérison et les tests négatifs, le “certificat numérique européen Covid” devrait faciliter les voyages au sein du territoire européen. Il devrait être voté par le Parlement européen réuni en session plénière du 7 au 10 juin prochain – Crédits : Vladimir Vladimirov / Istock
CE QUE VOUS ALLEZ APPRENDRE DANS CET ARTICLE
La Commission européenne a proposé le 17 mars dernier la mise en place d’un certificat numérique Covid dans le but de faciliter le retour à la libre circulation sur le continent. A la suite de l’accord trouvé le 20 mai entre les représentants du Conseil de l’Union européenne et du Parlement européen, ce certificat devrait être voté début juin et entrer en circulation le 1er juillet.
Ce document gratuit et accessible à tous compile trois types de données immunitaires : les preuves de vaccination, les tests PCR ou antigéniques négatifs et les certificats de rémission du Covid-19.
L’élaboration de ce certificat pose néanmoins des questions juridiques en matière de protection des données et de non-discrimination entre citoyens européens.
Lancées le 27 décembre dernier, les campagnes de vaccination nationales des États membres contre le Covid-19 connaissent des fortunes diverses. La part de la population ayant reçu au moins une dose varie de 1 à 5 entre la Bulgarie, pays le moins avancé d’Europe, et Malte, pays le plus en pointe.
Malgré ces disparités, mais aussi les problèmes d’approvisionnement et les pénuries localisées, ces campagnes de vaccination suscitent l’espoir d’une possible immunité collective dans les mois à venir. En attendant que celle-ci survienne, plusieurs questions se posent. Parmi elles, celle de la création d’un “passeport sanitaire européen”, rebaptisé “certificat numérique européen Covid”. L’enjeu de ce document : centraliser les informations immunitaires des voyageurs, et ainsi permettre aux Etats membres de maintenir un haut niveau de sécurité sanitaire tout en levant les restrictions mises en place par les Vingt-Sept qui entravent le principe de libre-circulation des personnes.