Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

#COVID-19 : Katalin Karikó est devenue Docteur Honoris Causa de l’#Université Libre de Bruxelles

Séance solennelle pour la remise des insignes de Docteur Honoris Causa à une figure marquante de la vaccination : Katalin Karikó, pour ses recherches innovantes en théorie génique basée sur l’ARN messager qui ont notamment permis de développer les premiers vaccins contre la COVID-19 dans un délai extraordinairement court.

Ces deux dernières années ont mis en avant le rôle essentiel de la science face à la pandémie ; et l’enjeu pour notre société d’anticiper de tels défis en soutenant une recherche fondamentale audacieuse et créative.

Katalin Karikó incarne ces valeurs chères à l’Université.

Elle fait partie de ces scientifiques qui ont aidé à combattre la COVID-19 en établissant les bases scientifiques qui ont permis de développer les premiers vaccins contre la COVID-19 dans un délai extraordinairement court.

Le Dr Karikó illustre également l’importance en recherche d’être visionnaire, d’explorer des voies originales, de persévérer pendant parfois de nombreuses années pour arriver à un résultat que beaucoup n’anticipaient pas, et qui a un impact sociétal majeur.

l’Université libre de Bruxelles décerne les insignes de Docteur Honoris Causa à Katalin Karikó pour ses recherches innovantes en théorie génique basée sur l’ARN messager et sa contribution majeure à la vaccination.

De ses premières recherches sur l’ARN messager…

Professeure à l’Université de Pennsylvanie, Katalin Karikó mène dès les années ’90, des recherches centrées sur une idée novatrice : insérer à l’intérieur de la cellule un ARN messager pour permettre la synthèse d’une protéine définie, par exemple une protéine d’un microbe stimulant une réponse immunitaire. En 2005, avec son collègue américain Drew Weissman, Katalin Karikó synthétise au laboratoire un ARN messager « modifié » permettant de stimuler in vivo une réponse immunitaire sans induire une forte inflammation. Le duo de chercheurs poursuit ses travaux et encapsule l’ARNm dans des nanoparticules de lipides, qui à la fois préviennent sa dégradation trop rapide et facilitent son entrée dans les cellules. La plate-forme vaccinale « ARNm » était née!

… à la mise au point du 1er vaccin à ARN messager contre la COVID-19

En 2013, Katalin Karikó devient vice-présidente de la société BioNTech RNA Pharmaceuticals.

Se basant sur ses recherches, les sociétés BioNTech et Pfizer associées développent le premier vaccin contre la COVID-19, le vaccin à ARN messager Comirnaty.

Le vaccin Moderna recourt à la même technologie.

Et demain, de nouveaux vaccins contre d’autres maladies ?

Le Dr Kariko a énormément travaillé pour convaincre la communauté scientifique de l’importance de sa recherche. Ses demandes de subsides furent souvent refusées. Sa persévérance est désormais récompensée. Les recherches de Katalin Karikó ont aujourd’hui une importance majeure pour la santé humaine : la technologie à ARN messager ouvre des perspectives larges, notamment pour le développement de vaccins contre d’autres maladies infectieuses comme le sida, la malaria ou la grippe, ou contre le cancer.