#COVID-19 : masque #FFP2 obligatoire dans les maisons de repos bruxelloises

#COVID-19 : masque #FFP2 obligatoire dans les maisons de repos bruxelloises

Suite à la propagation rapide du variant Omicron, les mesures ont été ajustées dans les maisons de repos et maisons de repos et de soins bruxelloises.

En raison de l’augmentation exponentielle des infections à Omicron, il a récemment été décidé au niveau fédéral d’adapter les politiques de dépistage, de quarantaine et d’isolement avec effet au 10 janvier 2022. Ces mesures fédérales ont un impact sur le secteur des maisons de repos et maisons de repos et de soins. Afin de protéger les personnes les plus vulnérables, Iriscare a adapté les mesures sanitaires dans ces établissements.

Maintien des visites

En phase avec les autres régions, il n’y a pas de renforcement des mesures de confinement. Il n’y a pas de restrictions supplémentaires en ce qui concerne les visites au sein de l’établissement. Le masque chirurgical, le covid safe ticket et le respect strict des règles d’hygiène restent obligatoires pour les visiteurs. Même en cas de clusters ou de testing planifié, un nombre minimum de visites est toujours garanti. Il est fondamental qu’une attention particulière soit accordée au bien-être psychosocial et physique des résidents en isolement ou en quarantaine.

FFP2 obligatoire pour le personnel

Le masque FFP2 prend une place importante dans la lutte contre le variant omicron. Comme en Flandre, le masque FFP2 est obligatoire pour le personnel des maisons de repos et des maisons de repos et de soins bruxelloises. Cette nouvelle mesure vient en soutien aux mesures déjà en place. En effet, le masque FFP2 offre une protection supplémentaire au porteur du masque.

Continuité des services

Afin de garantir la continuité des services et des soins aux résidents, un membre du personnel nécessaire pour garantir des soins de base (asymptomatique ou légèrement symptomatique) qui a été en contact étroit avec une personne COVID- 19, peut, une fois le résultat du test connu (positif ou négatif), continuer à travailler durant la période d’isolement/de quarantaine. Cette mesure ne concerne pas le personnel de soutien tel que le personnel de nettoyage et le personnel de cuisine. Par ailleurs, après un contact à haut risque, un test est nécessaire pour le membre du personnel concerné afin qu’il puisse revenir travailler.

Les mesures prises jusqu’à présent montrent leur efficacité. En effet, si le nombre et la taille des outbreaks augmentent fortement, on note que les résidents sont peu ou pas symptomatiques(…).