De sel et de sang, par Frédéric Paronuzzi et Vincent Djinda

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

 

Ce mois d’août 1893 aurait pu disparaître des mémoires. Dans les marais salants d’Aigues-Mortes, une rixe éclate entre ouvriers français et saisonniers italiens. La ville gronde d’une colère folle. L’étranger devient un animal à abattre, sans état d’âme.

Ne saura-t-on jamais ce qui a déclenché une telle folie ?

Les auteurs de De sel et de sang s’emparent librement de ces faits réels (qui ont une troublante résonance avec le monde d’aujourd’hui) et racontent ces moments de démence, qu’un journaliste du Journal du Midi a décrit comme « indignes d’un peuple civilisé » (édition du 18 août 1893).

On y découvre comment les discours nationalistes et cocardiers, les fantasmes xénophobes et la vieille rengaine « fiers d’être français », ont incité des laissés-pour-compte à se déchaîner contre leurs frères de misère avec une effrayante sauvagerie.

Les auteurs

Fred Paronuzzi est né en 1967. Il a été professeur de lettres et d’anglais. Il est romancier, auteur jeunesse et scénariste de BD.

Vincent Djinda, né en 1983, suit d’abord des études aux Arts décoratifs de Strasbourg, où il expérimente plusieurs formes d’expression, puis rejoint l’école de La Poudrière à Valence, consacrée à la réalisation de films d’animation. Il a signé Zia Flora et Et pourtant elles dansent. De sel et de sang est sa troisième bande dessinée.

Editions Les Arènes

Pages : 144

Prix : 22 €

Format : 190×260 mm

ISBN979-10-375-0632-0