Des bus plus sûrs grâce à des rétroviseurs-caméras La STIB teste un nouveau dispositif de sécurité

La STIB teste actuellement un nouveau dispositif de sécurité dont elle souhaite à l’avenir équiper ses bus et en particulier ses bus articulés. Il s’agit de rétroviseurs-caméras. Une solution innovante qui, en offrant une meilleure visibilité, permettra à la STIB d’aller encore plus loin en matière de sécurité routière, mais aussi de confort de conduite pour son personnel.

La STIB a toujours fait de la sécurité de ses voyageurs et de son personnel sa priorité. C’est pourquoi elle teste régulièrement de nouvelles technologies. Dans une ville où le trafic est de plus en plus dense et où ont émergé de nouveaux modes de mobilité, le métier de chauffeur nécessite une vigilance sans cesse accrue. Pour aider son personnel dans cette mission en faveur de la sécurité routière, la STIB a récemment équipé l’un de ses bus de rétroviseurs-caméras en remplacement des rétroviseurs classiques à miroir. Ce prototype actuellement en test en collaboration avec l’institut Vias a été présenté le 23 novembre, à l’occasion des États généraux de la Sécurité routière.

Sécurité et confort de conduite

Les rétroviseurs-caméras présentent de nombreux avantages : la vision est nette par tous les temps grâce à une adaptation automatique et rapide de la luminosité, aucun réglage n’est nécessaire lors du changement de chauffeur et, surtout, les angles morts sont réduits de manière significative. En outre, les rétroviseurs-caméras permettront un gain de place par rapport aux rétroviseurs classiques, qui sont d’un gabarit relativement imposant. De quoi faciliter les manœuvres et réduire les risques de casse.

En plein essor sur les camions, les rétroviseurs-caméras font encore figure de prototypes auprès des transports publics.

« C’est une fierté de pouvoir présenter ce prototype et d’avoir pu collaborer avec Vias pour aller encore plus loin en matière de sécurité routière, pour les voyageurs, le personnel de la STIB et pour tous les usagers de la voie publique. La sécurité dans les rues de Bruxelles est une priorité et cette technologie peut nous aider à toujours plus nous rapprocher de l’objectif ‘zéro’ en matière d’accidents », souligne Gaëtan Deckers, Safety & Risk Manager au département Bus de la STIB.

Jean-François Gaillet, directeur du Département Innovation et Technologies : “A l’institut Vias, nous sommes toujours intéressés par la manière dont les innovations technologiques peuvent rendre notre trafic plus sûr. Nous essayons toujours de bien évaluer les avantages et les inconvénients des nouvelles technologies en effectuant des recherches et des tests. Nous étudions donc avec intérêt ces nouvelles caméras de recul. Dans un environnement urbain avec un trafic très dense et de nombreux usagers vulnérables, il est de la plus haute importance de réduire autant que possible les angles morts des bus. En plus, ces caméras permettent de garder une bonne visibilité, même en cas de détérioration des conditions météorologiques. C’est une bonne évolution”.
Prochaine étape : des tests sur ligne

Le bus articulé électrique de la marque Solaris qui a été équipé de ce système de rétroviseurs-caméras devrait être homologué d’ici la fin de l’année, après quoi il pourra être mis en exploitation. Un panel de chauffeurs pourra alors le tester sur la ligne 64, ce qui permettra de le soumettre à un éventail de situations beaucoup plus large. En fonction des résultats, la STIB pourra analyser la possibilité d’intégrer cette technologie dans les cahiers de charges des prochaines commandes de bus.
La sécurité en constante évolution

La STIB suit de près l’évolution des technologies en matière de sécurité routière. Elle investit dans la formation de son personnel et prévoit des aménagements adaptés en concertation avec les gestionnaires de voirie en vue de sans cesse faire diminuer le nombre d’accidents impliquant ses véhicules. Force est de constater que ces efforts portent leurs fruits : depuis 2015, le nombre d’accidents de la circulation impliquant des bus de la STIB n’a cessé de diminuer, passant de 3195 accidents à 2139 en 2020, soit une baisse de 33 %, et ce, malgré l’augmentation des fréquences sur ses lignes.

D’autres dispositifs sont en phase de test ou de déploiement. Citons par exemple le système « œil de lynx », actuellement à l’étude, qui permet d’informer les usagers de la voie publique qu’ils se trouvent dans l’angle mort du bus. La STIB est également en train de déployer des limiteurs de vitesse sur une partie de ses bus. Cette fonctionnalité aide au respect de la limitation de vitesse de 30 km/h. D’ici fin 2022, 800 bus devraient en être équipés.

VOS COMMENTAIRES