DES CINÉASTES ÉCRIVENT : « IL N’Y A AUCUNE JUSTIFICATION AUX BOMBARDEMENTS ET AUX MEURTRES »

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

© « Anima » © Image : Pieter De Poortere

A l’occasion de la Soirée de Clôture d’ « Anima, Festival international du Film d’Animation de Bruxelles », le dimanche 06 mars, au « Centre culturel Flagey »Dominique Seutin, co-directrice de ce Festival, tint à lire un texte co-signé par plus de 1.500 critiques de cinéma, producteurs,  programmateurs de festivals et réalisateurs de la communauté du cinéma d’animation, unissant  Russes et Ukrainienscondamnant l’incursion militaire de la Russie en Ukraine.
Description de cette image, également commentée ci-après
K. Bronzit/2006/Russie
Parmi les signataires, citons Konstantin Bronzit Leningrad/1965/lauréat, en 2015 du « Cristal d’Annecy du meilleur Court Métrage« , au « Festival international du Film d’Animation d’Annecy »pour  « Nous ne pouvons pas vivre sans l’Espace »/son film « Nous ne pouvons pas vivre sans Cosmos », le court métrage nominé, en 2022, pour l’ « Oscar du meilleur Court Métrage », après avoir remporter de nombreux Grands Prix et Prixen Australieen Chineaux Etats-Unisen Franceen Grèceau  Japon et en Serbie) ; Igor Kovaylov (°Kiev/1954/son film « Sa Femme la Poule » ayant été nommé, en 1990, pour la « Palme d’Or » au « Festival de Cannes ») ; et Yuri Norstein Andreïevka/ex-URSS/1941 /co-réalisateur de « Jours d’Hiver », film lauréat, en 2003, du « Grand Prix »au « Japan Media Arts Festival »).

Nous ne pouvons pas vivre sans cosmos« Nous ne pouvons pas vivre sans Cosmos » (K. Bronzit, un Russe engagé contre la guerre)“Nous sommes persuadés que la guerre n’apporte que mort, douleur et destruction. Et rien ne peut la justifier. La communauté des cinéastes d’animation ukrainiens et russes est unie et inséparable ; nous travaillons ensemble depuis de nombreuses années, et nous apprécions les films les uns des autres. L’art de l’animation est aussi un art qui aide les gens à se sentir humains. Pas à tuer, pas à détruire. A s’unir.

Et aujourd’hui, nos enfants, nos frères sont envoyés pour tuer ceux avec qui ils jouaient dans la même cour et regardaient les mêmes dessins animés, sans jamais auparavant faire de distinction entre leur origine russe ou ukrainienne.

L’animation et l’art en général ont toujours été imprégnés d’un esprit anti-guerre. Nous pensons que les actions militaires actuelles ne sont pas seulement dirigées contre nos amis et collègues ukrainiens, mais contre tous les peuples, et l’humanité dans son ensemble.

Nous sommes contre la guerre. Nous ne voulons pas que ce qui se dit sur les peuples frères se transforme en cauchemar sanglant.

Il n’y a aucune justification aux bombardements et aux meurtres !« 

Le point sur l'invasion de l'Ukraine par la RussieQue cesse cette guerre immonde © « AFP »

Ce texte avait été rédigé au début de l’invasion russe en Ukraine. Il prouve que nombre de citoyens russesartistessportifs et autressont contre cette guerre, le peuple russe, s’il n’est pas bombardé,  souffrant, lui aussides conséquences des décisions scandaleuses prises par leur président. Puisse ce dernier  accepter de rencontrer son homologue ukrénien, afin que le sang cesse, enfin, de couler.

A nous de ne pas oublier, non plus, tous ceux qui, souffrant d’autres conflits, connaissent l‘exode, qu’ils nous viennent d’Afghanistan, de Syrie ou d’ailleurs.

Yves Calbert.