Du cinéma de qualité avant d’aborder l’an neuf

Fugitive Cinema : distribution et production cinématographique alternative en Belgique

En collaboration avec Steven Jacobs et GertJan Willems
21.12 > 19.01

Les premiers membres de Fugitive Cinema, fondé le 17 mars 1966, sont : Robbe De Hert, qui deviendra la figure de proue du collectif et l’enfant terrible du cinéma belge, son frère Jos De Hert (le dessinateur “Grapjos”), Walter Heynen (musicien), Kris Van den Bogaert (éditeur) et les frères Toon et Louis Celis et leur père Frans Celis (photographes). Le poète d’avant-garde Paul De Vree en était le président. L’objectif commun était d’offrir une alternative à la culture cinématographique dominante. Très vite, des cinéastes tels que Patrick Le Bon et Guido Henderickx, et plus tard Luc Pien, sont également actifs au sein du collectif.

Le spectre d’action de Fugitive Cinema va bien au-delà de la réalisation de films. Les membres du collectif ont fondé un ciné-club (Studio 2001) et ont été étroitement impliqués dans la maison du cinéma, de la musique, du débat et de la culture, le King Kong à Anvers. En outre, ils ont travaillé pendant une courte période sur leur propre magazine de cinéma Spot et ont été les pionniers de diverses manifestations et actions de protestation.

On retiendra surtout Fugitive Cinema en tant que distributeur contribuant l’émergence d’une culture cinématographique alternative en Belgique.

28.12 19:00
Camera Sutra / Camera Sutra, of de bleekgezichten
Robbe De Hert, 1973

En presence de GertJan Willems

Mélangeant le documentaire, le reportage, les improvisations dans une mise en scène habile et complexe, le premier long métrage de Robbe De Hert, Camera Sutra / Camera Sutra, of de bleekgezichten est un film de critique sociale qui, lors de sa sortie, s’écartait nettement du style des adaptations de livres flamands.

Au lendemain de Mai 68, De Hert a dressé le portrait d’un groupe de jeunes gens qui se sont rebellés contre le système et se sont progressivement impliqués dans des actions révolutionnaires. Avec des images poignantes des souffrances de la guerre au Vietnam et de la famine au Biafra, il a illustré sa conviction qu’un cinéaste ne pouvait et ne devait pas faire une abstraction de ce qui se passait dans le monde.

21.12 19:00 & 26.12 19:00
Eraserhead
David Lynch, 1976

L’intérêt initial de Fugitive Cinema pour les films belges alternatifs, souvent expérimentaux, est toujours resté fort, avec, entre autres, des courts métrages de Ludo Mich (Deus Ex Machina), Mohamed Ben Salah (Lazem! Lazem!), Patrick Conrad (Slijk) et Patrick Van Antwerpen (Le banc).

D’ailleurs, le catalogue de distribution de Fugitive contenait principalement des films étrangers qui n’étaient pas repris par les distributeurs grand public, notamment de nombreux documentaires et longs métrages politiques (Ici et ailleurs), féministes (Not a Love Story: A Film about Pornography) ou postcoloniaux (Soleil des Hyènes). Fugitive a également proposé des films d’art internationaux comme Eraserhead.

Laura Dern

26.12 > 20.01

En 2022, l’actrice américaine Laura Dern sera présente dans le sixième volet du cycle Jurassic ou le dernier film de Florian Zeller. Dern a été une force déterminante au cours de la dernière décennie tant au cinéma (avec notamment son incroyable performance dans Marriage Story, récompensée par un Oscar et un Golden Globes) que sur le petit écran (dans les séries dramatiques Big Little Lies et Twin Peaks). Beaucoup se sont félicités de cette reconnaissance tardive (voir le hashtag #Dernaissance). Pourtant, peut-on vraiment parler de renaissance en évoquant sa longue carrière? Après tout, cela fait 40 ans que Dern enrichit le cinéma américain.

Laura Dern, fille du couple d’acteurs talentueux et engagés Diane Ladd et Bruce Dern, a grandi dans les années 1970 sur les plateaux de tournage. Elle a fait ses débuts dans le film Alice Doesn’t Live Here Anymore de Martin Scorsese, qui lui a donné le précieux conseil de construire une œuvre plutôt qu’une carrière, comme le font les cinéastes. Des réalisateurs comme : David Lynch, avec qui elle a noué un lien fort aboutissant à une collaboration de longue durée, Clint Eastwood, Alexander Payne, Robert Altman, Steven Spielberg, ont tous voulu travailler avec elle. Tout comme les cinéastes de la nouvelle génération, Kelly Reichardt, Jennifer Fox, Noah Baumbach et Greta Gerwig, les auteurs de Marriage Story et Little Women, deux des meilleurs films de 2019. Dans Marriage Story, Dern incarne avec brio une redoutable avocate, spécialisée dans les divorces tandis que dans Little Women, elle réinvente le personnage de Marmee, dans une version plus émancipée et forte.

B tot Z / B à Z

31.12 Mind Over Matter

Cette double affiche B-Z prouve que l’esprit ou la psyché humaine est capable de choses qui dépassent la raison.

Psychic Killer offre une série de scènes de meurtres mémorables, imprévisibles et créatives, allant de l’horriblement tordu à l’hystériquement drôle.

Christopher Walker, Natalie Wood (dans son dernier film) et Louise Fletcher sont les protagonistes de Brainstorm, un des premiers films sur la réalité virtuelle.

CINEMATEK@flagey

100 jaar Toots Thielemans

16.12 > 23.02

La légende du jazz Toots Thielemans, décédée il y a six ans, aurait eu 100 ans en avril. Nous commémorons cet événement avec une série de films dans lesquels la musique accueille le son de son harmonica. Tout d’abord, bien sûr, le western urbain Midnight Cowboy avec l’inoubliable leitmotiv écrit par John Barry. Et puis la comédie Le guignolo de JP Belmondo, le mélodrame Fried Green Tomatoes, le thriller d’action Hard Rain et Salut l’artiste, un hommage aux seconds rôles et aux figurants avec Marcello Mastroianni. Et n’oublions pas Christmas in Paris, dans lequel Thielemans offre une prestation « live ».