« Faire vivre la culture et le tourisme à Bruxelles, malgré la crise » Bilan de l’année 2020

Rendre la culture toujours plus accessible et inclusive, l’amener là où on ne l’attend pas, soutenir plus que jamais les artistes émergent.e.s, renforcer la représentation des femmes sur scène et partout ailleurs : en cette année de tous les défis, l’Echevine de la Culture, du Tourisme et des Grands événements a mis les bouchées doubles pour continuer à faire vivre la culture, le tourisme et l’événementiel bruxellois. Retour sur une année particulière, jalonnée de projets de relance en tous genres.
« Depuis deux ans maintenant, je suis constamment à l’écoute de nos acteurs culturels et touristiques, de leurs besoins, de leurs urgences, et la crise sanitaire n’a fait qu’accélérer ce processus », déclare Delphine Houba. « Et vous le savez, je suis persuadée que la culture doit continuer à nous émouvoir, à nous émerveiller, à nous questionner, quelle que soit la situation – COVID ou non ! J’ai travaillé d’arrache-pied pour apporter des solutions de maintien et de relance, et voilà le résultat » :
600.000 euros d’aides au secteur culturel sous COVID
Avec la crise sanitaire, l’Echevine a pris plusieurs mesures pour venir en aide au secteur culturel, et rendre la culture toujours plus accessible.
1/ Maintien des subsides et le financement de projets culturels innovants
Maintien des subsides de fonctionnement alloués aux structures culturelles de la Ville (ses musées, ses théâtres, ses centres culturels)
Maintien des subsides de tous les événements annulés (Kunstenfestivaldesarts, Listen! Festival, Zinneke Parade,…)
Soutien financier de projets culturels innovants et solidaires émanant du secteur culturel bruxellois
Des dizaines de projets ont ainsi été soutenus financièrement : production de capsules vidéo « Bruxelles Ma Belle » pour mettre en avant des artistes émergent.e.s dans les lieux culturels de la Ville, lancement d’une plateforme de vidéos YouTube dédiée aux enfants hospitalisés (« Tagad’Art Soin Soin ! »), aide à la création d’une Fédération de la Nuit (qui regroupe et protège les acteurs de la nightlife et du clubbing), sans oublier les visites virtuelles des musées, le subside à l’asbl Arkadia pour soutenir le métier de guide, l’organisation de la première édition digitale du Balkan Trafik! ou encore la réalisation d’une fresque géante pour remercier le personnel hospitalier.
« A travers tous ces projets, vous retrouvez tout l’ADN de ma politique culturelle, à savoir l’accessibilité et l’inclusivité. L’idée, dans ce contexte si particulier, c’était vraiment d’amener la culture chez les gens ! Prenez l’initiative « Ouvrez votre fenêtre » à Laeken : on a fait jouer des musicien.ne.s sous les balcons, en bas des immeubles, et les habitant.e.s du quartier étaient enchanté.e.s ! C’est comme ça que je vois la culture : comme un vecteur de solidarité et de proximité ».