Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

Incendie au sein de l’ancienne Maison du Peuple : le bâtiment est sécurisé et les familles seront accompagnées par les services communaux.



Un incendie s’est déclenché un peu avant 8h au sein de l’ancienne Maison du Peuple,
chaussée de Mons (au niveau du numéro 423), à Anderlecht. Suite à l’intervention
rapide et efficace du SIAMU et des policiers de la zone MIDI, l’incendie a pu être
maîtrisé et les occupants évacués. Un premier bilan fait état de 4 personnes
hospitalisées dans divers hôpitaux pour des troubles respiratoires.
Vu l’ampleur de l’intervention des services de secours, un périmètre de sécurité a pu être
établi nécessitant la déviation de la circulation chaussée de Mons en ce compris celle des
transports et commun jusqu’à environ 11h.
Complémentairement à l’intervention des services de secours, une cellule d’urgence sociale
a été mobilisée. Sur base volontaire, 23 habitants ont été rassemblés dans le restaurant
social situé un peu plus loin chaussée de Mons où ils ont été encadrés par les services
sociaux qui travaillent à une solution de relogement.
Au terme d’une procédure d’expropriation du bien qui appartenait à un marchand de
sommeil, le bâtiment incendié est une propriété communale depuis la fin février 2020. Les
autorités communales mènent un vaste projet de rénovation de ce bien et des maisons
voisines qui ont également été expropriées. Via les moyens régionaux du contrat de
rénovation urbaine (CRU) et ceux de la Politique de la Ville, ces bâtiments seront rénovés
et accueilleront à la fois des logements mais aussi des activités économiques et de cohésion
sociale rayonnantes vers le quartier.
« Depuis la fin de la procédure d’expropriation et donc dès le moment où la commune est
devenue légalement propriétaire des lieux, un arrêté d’inhabitabilité a été pris pour ce
bâtiment, » explique Fabrice Cumps, bourgmestre d’Anderlecht. Dans ce cadre, tous les
occupants de l’époque (fin de l’hiver 2020) ont été accompagnés par les services sociaux
afin d’assurer leur relogement. Le bâtiment, qui avait déjà subi un incendie, a également été
fermé hermétiquement.

Cependant, constatant que d’autres personnes avaient réinvestis les lieux, une procédure
d’expulsion était en cours depuis début mars. « Celle-ci a dû être interrompue par la crise
du Coronavirus et en particulier le moratoire sur les expulsions décidées par les autorités
régionales, » complète le bourgmestre anderlechtois.
« Dans les prochaines heures nos services de police veilleront à sécuriser le bâtiment et
ses abords. Quant aux services sociaux, ils accompagnent individuellement les personnes
et familles afin de leur trouver une solution d’hébergement en urgence, » conclut Fabrice
Cumps