interministérielle Santé publique et du Commissariat Corona du Gouvernement


La CIM Santé publique décide de déployer le vaccin de Johnson & Johnson pour tous les adultes. AstraZeneca sera utilisé pour les personnes âgées de 41 ans et plus. Les femmes enceintes peuvent également être vaccinées immédiatement.

Sur base de l’avis de l’EMA, du Conseil Supérieur de la Santé et de la Task Force Vaccination, la Conférence Interministérielle Santé Publique (CIM) a décidé de recourir au vaccin Johnson & Johnson pour tous les adultes. Sur base de la récente analyse bénéfices/risques effectuée par l’EMA, le vaccin AstraZeneca sera désormais utilisé pour les personnes âgées de 41 ans et plus. Pour ce groupe, les avantages du vaccin l’emportent largement sur les rares risques. Toute personne ayant déjà reçu une première dose de ce vaccin recevra également une seconde dose après douze semaines. Ces décisions permettront de poursuivre le déroulement de la campagne de vaccination. 

La CIM, en présence de divers experts, a pris ces décisions sur la base des analyses de l’Agence européenne des médicaments (EMA), du Conseil supérieur de la Santé et de la Task Force Vaccination, entre autres. Elle a également pris en compte le nombre toujours élevé d’infections à la COVID-19, le risque de nouveaux variants et la pression toujours forte sur notre système de santé et les hôpitaux.  

AstraZeneca : Analyse bénéfices/risques par l’EMA

Hier, le comité scientifique de l’EMA a conclu que le risque de COVID-19 grave est globalement beaucoup plus élevé que celui d’effets secondaires graves, tels que des caillots sanguins associés à une baisse des plaquettes. Cet effet secondaire du vaccin AZ ne se produit que dans de très rares cas, et principalement chez les jeunes. L’analyse de l’EMA montre qu’après la vaccination, l’hospitalisation et l’admission en soins intensifs liées COVID-19 est inférieure, dans tous les groupes d’âge, y compris les plus jeunes, au risque de cet effet secondaire. La vaccination permet également d’éviter un plus grand nombre de décès au-delà de l’âge de 30 ans.

La Belgique, ainsi qu’un certain nombre d’autres pays, a récemment demandé à l’EMA d’effectuer une analyse risques-bénéfices pour les différents groupes d’âge. Dans l’attente de ce nouvel avis de l’EMA, la Belgique avait temporairement réservé le vaccin aux personnes de 56 ans ou plus. Désormais, sur base des recommandations du Conseil Supérieur de la Santé et de la Task Force Vaccination, la CIM a décidé d’utiliser le vaccin AstraZeneca à partir de 41 ans. À cet âge, les avantages l’emportent largement sur les rares risques.

L’EMA a également maintenu sa recommandation selon laquelle toute personne ayant déjà reçu une première dose du vaccin AZ devrait également recevoir la seconde dose, quatre à douze semaines après la première et ce, pour tous les âges. Plus de 800.000 personnes ont déjà été vaccinées avec le vaccin AZ en Belgique. La CIM s’inscrit dans la position de l’EMA. Les études cliniques montrent que cet intervalle offre la meilleure protection contre la COVID-19.

Johnson & Johnson

La CIM a également décidé de commencer dès que possible la vaccination avec le vaccin Johnson & Johnson, dont les 36.000 premières doses ont déjà été livrées. Le vaccin J&J présente le grand avantage de ne nécessiter qu’une seule dose, ce qui permet une protection rapide. C’est également le vaccin privilégié pour la vaccination à domicile. Mercredi, l’EMA a donné son feu vert pour que le vaccin soit utilisé dans tous les groupes d’âge. Aux États-Unis, le vaccin J&J continuera à être utilisé après une analyse de sécurité approfondie par le CDC et la FDA. Les avantages de la vaccination l’emportent clairement sur les rares risques. La firme J&J a d’ores et déjà indiqué qu’elle allait reprendre les livraisons. La Belgique attend une livraison de 62.400 vaccins la semaine prochaine. Au total, 1,4 million de ces vaccins devraient être livrés à notre pays entre avril et juin.

Les ministres de la CIM considèrent qu’il est important que la campagne de vaccination puisse conserver sa vitesse de croisière, voire l’accélérer si possible. En renforçant la protection contre la COVID-19 avec tous les vaccins disponibles, nous prévenons l’hospitalisation, l’admission en unité de soins intensifs ainsi que les décès. Il s’agit de la meilleure stratégie pour soulager nos hôpitaux et permettre la poursuite des soins qui ne sont pas liés à la COVID. Cela contribuera également à permettre de nouveaux assouplissements.

Femmes enceintes

Sur l’avis du Conseil Supérieur de la Santé et de la Task Force, les femmes enceintes pourront également être vaccinées en priorité. Les médecins généralistes recevront plus d’informations à ce sujet la semaine prochaine.

 

Ce communiqué de presse est rédigé conjointement au nom des ministres formant la Conférence interministérielle Santé publique :

  • Wouter Beke – Gouvernement flamand, président CIM
  • Frank Vandenbroucke – Gouvernement fédéral
  • Christie Morreale – Gouvernement wallon
  • Valérie Glatigny – Gouvernement de la Communauté française
  • Bénédicte Linard – Gouvernement de la Communauté française
  • Alain Maron – Commission communautaire commune et Commission communautaire française
  • Elke Van den Brandt – Commission communautaire commune et Commission communautaire flamande
  • Antonios Antoniadis – Gouvernement de la Communauté germanophone

et Pedro Facon, Commissaire Corona du Gouvernement.

RECOMMANDÉ POUR VOUS