Jumbo veut s’implanter en Wallonie : cette fois, c’est certain !

Les premiers bruits qui nous sont parvenus ces mois derniers faisaient état de visites de courtoisie rendues par Jumbo à des communes wallonnes, en particulier en Hesbaye, pour s’informer des possibilités d’y construire un supermarché. Plus que des bruits, à vrai dire, des indices, mais qui ne faisaient que prouver que Jumbo n’écartait pas cette option, et ne nous permettaient pas encore de faire de cette curiosité de principe un semblant de stratégie, et donc une info à partager avec nos lecteurs.

Cette fois, le doute n’est plus permis : Jumbo était présent hier au Franchising Day Belgium, à Tour et Taxis, à Bruxelles. Et sur son stand, un panneau signalait ouvertement que l’enseigne cherchait à recruter des franchisés wallons. Le visiteur candide entamant la discussion s’entendait alors dire que Jumbo ambitionnait d’ouvrir ses premiers magasins en Wallonie d’ici 3 à 4 ans.

Manifestement, on n’est cette fois plus dans le simple intérêt poli. Nous avons bien entendu aussitôt contacté Jumbo de façon officielle. Jusqu’à présent, nous n’avons recueilli de la part du distributeur qu’une réaction un peu embarrassée. Si on ne confirme pas, on ne démentit pas non plus. Tout au plus lâche-t-on du bout des lèvres qu’on examine les opportunités, sans garantir qu’une décision ferme ait déjà été prise. Mais poser des panneaux de recrutement dans un salon de la franchise, c’est malgré tout une façon très radicale de prendre la température. Cette fameuse décision ferme, dépendra-t-elle d’une décision stratégique, du degré d’intérêt rencontré auprès de candidats wallons à la franchise, ou des réponses opérationnelles données à certaines questions plus qu’importantes ?

Jusqu’ici, Jumbo a visé, tout comme son grand rival Albert Heijn, le seul marché flamand, où il bénéficie d’une notoriété plus importante qu’en Wallonie, et qu’il peut desservir à partir de son outil logistique néerlandais. Ce serait probablement tout aussi possible pour la province de Liège. Mais au-delà ? Et puis il y a la barrière de la langue : le jeu en vaut-il la chandelle, si une implantation au sud du pays impose de répondre à la contrainte de ne placer en rayon que des produits à l’étiquetage bilingue ou trilingue ?

Voilà des questions auxquelles Jumbo sera certainement amené à traiter et répondre plus vite que prévu…

Source:gondola.be