Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

Des dizaines de produits alimentaires ont été rappelés après la découverte de traces du pesticide interdit, l’oxyde d’éthylène. L’Agence fédérale de l’alimentation n’exclut pas d’autres rappels de produits. Les dommages causés aux entreprises alimentaires se comptent par millions, déclare Fevia.

Fromages Kiri, glaces Snickers, M&M’s, Twix, Bounty, sauces Bicky, glaces Carrefour et Cora, sorbets à la mangue et aux fruits de la passion, gratin de brocoli : voici certains des produits qui ont été retirés des rayons ces dernières semaines par l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (FAVV). Le problème est toujours la présence d’oxyde d’éthylène, un pesticide cancérigène interdit en Europe. « L’oxyde d’éthylène est un désinfectant gazeux qui sert à prévenir les salmonelles et les moisissures », précise Hélène Bonte de l’AFSCA.

Graine de sésame suspecte

« Depuis septembre 2020, plusieurs entreprises, en concertation avec l’AFSCA, ont rappelé un nombre conséquent de produits à teneur excessive en résidus d’oxyde d’éthylène. La notification relative à ce problème a été envoyée par l’AFSCA en réponse aux analyses de lots de graines de sésame importés d’Inde. Entre-temps, les analyses ont été élargies et, outre les produits à base de sésame, d’autres produits, épices et produits contenant de la gomme de caroube contaminée ont été rappelés. L’AFSCA a également inclus les analyses de l’oxyde d’éthylène dans son programme de contrôle pour 2021. Les analyses sont effectuées non seulement sur les graines de sésame et les produits contenant des graines de sésame, mais aussi sur d’autres produits comme les épices.

Pas de danger immédiat

Il n’y a pas de danger direct pour les consommateurs, même si les experts indiquent qu’il existe un risque chronique potentiel. C’est-à-dire qu’il peut y avoir un risque pour la santé lors d’une consommation régulière et importante des dits produits. En attendant, il semble que le rappel ne soit pas encore terminé. Hélène Bonte : « Nous n’excluons pas la possibilité d’un rappel d’autres produits car la traçabilité doit être tracée pour chaque lot non conforme et cela prend du temps. L’AFSCA publie les rappels des entreprises sur le site internet et sur les réseaux sociaux, afin de toucher le plus de consommateurs possible.

Des millions d’euros

Nicholas Courant, porte-parole chez Fevia (fédération de l’industrie alimentaire belge), indique que l’impact est important. « À en juger par les conversations que j’ai eues avec les entreprises, les dommages se chiffrent par millions. Il s’agit de coûts liés au rappel des produits : remboursement des clients, destruction des produits le plus durablement possible, redémarrage des usines, recherche de nouveaux ingrédients. Un certain nombre d’entreprises ne sont pas assurées pour de telles situations. L’impact est également important pour les supermarchés. Delhaize a par exemple dû rappeler une quarantaine de produits cette année, alors que le chiffre représente généralement entre 15 et 20 produits par an. « Les normes en Europe sont élevées, ce qui est une bonne chose. À long terme, nous devrons peut-être nous demander si nous ne devrions pas mettre la sécurité alimentaire en balance avec les dommages économiques subis. Bien que ce ne soit pas le cas pour le moment », a déclaré Nicholas Courant.

Source: gondola.be