Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, l’Institut Jules Bordet fait le lien entre Covid-19 et arrêt du tabac.

Depuis plus d’un an, la Covid19 bouscule nos vies, mettant à mal notre santé, nos
relations sociales, notre quotidien, notre manière de
travailler. Néanmoins, le coronavirus peut avoir un
impact positif sur les fumeurs. Et si cette période de
crise sanitaire était le bon moment pour arrêter de
fumer ? Martial Bodo, tabacologue à l’Institut Jules
Bordet, nous éclaire sur les liens entre le tabac et la Covid-19. Il nous explique également pourquoi
cette crise est le bon moment pour se libérer de cette addiction.
« Les fumeurs ont moins de chance de développer des formes grave de la maladie ». Faux !
En début de pandémie, de nombreuses informations ont circulé, relatant que les fumeurs, grâce à la
nicotine, seraient mieux protégés contre la maladie du Covid-19.
Or, le fait de fumer affaiblit les capacités pulmonaires et rend le fumeur plus vulnérable face aux
infections respiratoires en général. La Covid-19 est une maladie qui affecte principalement les
poumons et les voies respiratoires. Le tabagisme altère les capacités de l’organisme à se défendre
contre les maladies respiratoires dont le coronavirus. Au-delà des problématiques respiratoires, le
tabagisme provoque de graves problèmes de santé au niveau cardiaque, cardio-vasculaire et
circulatoire ainsi que toute une série de cancers (du poumon, de la langue, du pharynx, …). Avoir un
système immunitaire en bonne santé permet de mettre toutes les chances de son côté pour se
défendre au mieux contre la maladie du Covid-19.
Les possibles effets protecteurs de la nicotine face au Covid-19 n’ont, à ce jour, pas été prouvés. La
nicotine, contenue dans le tabac mais aussi dans la cigarette électronique avec recharge de nicotine,
est une drogue et induit donc une dépendance. Sa consommation ne doit pas être prise à la légère.
Gardons en tête que le tabagisme fait environ 17 000 morts en Belgique chaque année, 47 par jour.
Sans compter toutes les personnes qui développeront des comorbidités par des maladies lourdes liées
au tabagisme.

Une période particulière, propice à l’arrêt du tabac.
Cette période de confinement peut être l’opportunité d’entamer un processus d’arrêt du tabac. En
effet, la Covid-19 a mis la santé au centre des attentions. Nous avons pris conscience que cette dernière
est fragile et qu’il faut en prendre soin. Le port du masque est devenu la norme pour nous protéger.
Or, l’enlever pour fumer nuit à son effet protecteur.
« Cette période induit un ressentit de privation de liberté. Se libérer de l’esclavagisme imposé par la
dépendance au tabac est, somme toute, une revanche par l’acquisition d’une nouvelle liberté
retrouvée » explique Martial Bodo.
Avec la crise du coronavirus, nos quotidiens sont totalement chamboulés, nos routines et habitudes
également : moins de contacts sociaux, moins de déplacements ou encore télétravail généralisé. Ces
changements influent aussi sur la consommation de tabac. Pour les fumeurs qui avaient l’habitude de
fumer à des moments précis cela sera l’occasion de supprimer ces cigarettes. Nous sommes également
plus chez nous. Ne plus fumer permet de ne pas imposer un tabagisme passif aux membres de notre
foyer.
Cette période peut être vue comme une période stimulante pour prendre de nouvelles habitudes et
se créer des routines plus saines.
Une équipe de professionnels entièrement dédiés à l’accompagnement des fumeurs.
A l’Institut Jules Bordet, une équipe de tabacologues accompagne et soutient ceux qui souhaitent
entamer une démarche d’arrêt de tabac. Les consultations se déroulent à la clinique de dépistage de
l’Institut. Pas besoin d’être patient de l’hôpital pour bénéficier de ce service, il est ouvert à tous et
entièrement remboursé par la mutuelle pour les 8 premières consultations. Les consultations se
déroulent en Français, Néerlandais et Anglais.
Consultez le site internet de l’Institut Jules Bordet pour en savoir plus sur les services du CAF, Centre
d’Aide aux Fumeurs : https://www.bordet.be/fr/informations-pratiques