LA DAME D’ARGILE

Sabrina, restauratrice au musée des beaux-arts de Bruxelles, sort d’une rupture amoureuse et vient de perdre sa grand-mère Angela. Dans la maison qu’elle a vidée de ses effets personnels, la jeune femme a découvert une magnifique sculpture en argile représentant un buste de femme, signée de la main de Costanza Marsiato. Le modèle n’est autre que Simonetta Vespucci, qui a illuminé le Quattrocento italien de sa grande beauté et inspiré les artistes les plus renommés de l’époque.
Qui était cette mystérieuse Costanza, sculptrice méconnue ? Comment Angela, italienne d’origine modeste, obligée d’émigrer en Belgique après la Seconde Guerre mondiale, a-t-elle pu être en possession d’une telle œuvre ?
Sabrina décide de partir à Florence pour en savoir plus. Une quête qui est aussi celle de ses origines, sur la terre de ses ancêtres qui, elle le sent, l’appelle plus fortement que jamais.

Le fabuleux talent de conteuse de Christiana Moreau fait s’entremêler avec habilité les voix, les époques et les lieux, et donne à ces quatre destins de femmes un éclat flamboyant.

Christiana Moreau est une artiste autodidacte, peintre et sculptrice belge. Elle vit à Seraing, en Belgique, et a été nommée Citoyenne d’honneur de la ville.
Après “La Sonate oubliée” et “Cachemire rouge”, “La dame d’argile” est son troisième roman.

Editions Préludes
VOS COMMENTAIRES