LA LAVANDE COMME REMEDE

 

Ma mère, qui adorait Van Gogh, aimait beaucoup aller en Provence, pour admirer les paysages qui l’avaient tant inspiré sur la fin de sa vie. Or la première chose qui me revient à l’esprit, quand j’y repense, c’est l’odeur de lavande…

D’ailleurs, les aromathérapeutes, spécialistes en huiles essentielles, ne s’y trompent pas : la lavande est une odeur très maternelle, très douce. Vous pouvez, à l’occasion, la mettre pour parfumer votre literie, mais attention !

La lavande peut aussi avoir un petit côté « régressif ». S’il est bon quelques fois de se sentir revenir en enfance, retrouver la douceur des vacances d’été d’autrefois, il faut utiliser de la lavande avec modération !

En effet, elle reste une plante très puissante, qui à être utilisée trop fréquemment peut causer un certain malaise. C’est la marque des plantes efficaces ! C’est parce qu’elle est forte qu’elle doit être respectée.

Car la lavande ne fait pas que parfumer, elle soigne aussi !

 

2000 ans de tradition (au moins !)

 

La lavande est intimement liée à la Provence, où elle était déjà utilisée au Moyen-Âge pour fabriquer des remèdes et des parfums. Son nom, qui vient du verbe laver, indique qu’elle est utilisée de longue date pour parfumer le linge, au moins depuis le temps des Romains.

De là vient aussi qu’elle est cultivée sur tout le bassin méditerranéen, et aujourd’hui, jusque sur les bords de la mer noire, et même au Canada !

Quoique la lavande soit associée au sud de la France, et donc à un climat sec et chaud, la lavande dite « vraie » pousse en altitude, dans la montagne, au-dessus de 1200 mètres d’altitude ! On dit même que plus la lavande est cueillie « haut », plus elle est « vraie ».

 

Elle chasse les maux de tête et les mauvaises toux

 

Les propriétés guérisseuses de la lavande sont légion : elle a été utilisée comme antalgique et pour combattre la fièvre. Ses capacités toniques étaient mises en avant, particulièrement dans les cas de tuberculose, d’anémie et de pertes blanches.

Elle était également utilisée comme cicatrisant (par Hildegarde de Bingen elle-même), antiseptique et anti-venin. Elle a la réputation de chasser les mites et les poux.

Elle lutte contre les spasmes musculaires, et elle permet de mieux dormir. Elle calme, voilà pourquoi elle est spécialement recommandée contre les insomnies, les périodes d’irritabilité et même durant la dépression.

C’est également un atout en cas d’état de grippal, car elle apaise les maux de tête, les migraines et les vertiges.

Ses qualités s’étendent également à l’appareil digestif et au système respiratoire. Elle facilite la digestion, élimine les ballonnements, mais chasse aussi la toux, et est recommandée en cataplasme en cas de bronchite ou de pneumonie.

Docteur Thierry Schmitz

 

VOS COMMENTAIRES