La plateforme de science citoyenne permet la découverte d’un moustique exotique

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

Déjà plus de 200 personnes ont contribué à la surveillance des moustiques exotiques

A la suite du signalement d’un moustique tigre sur le site SurveillanceMoustiques.be(link is external), des entomologistes de l’Institut de médecine tropicale (IMT) à Anvers et des épidémiologistes de Sciensano se sont rendus à Maasmechelen, près de la frontière avec les Pays-Bas, pour une inspection des lieux. Aucun moustique tigre n’a été trouvé mais bien le moustique des forêts asiatiques (Aedes japonicus), une autre sorte de moustique exotique. Malgré que la présence de ce moustique soit moins inquiétante, elle représente tout de même une indication de l’introduction croissante de moustiques exotiques en Belgique. L’IMT et Sciensano encouragent donc les citoyens à continuer d’envoyer des photos de moustiques tigres potentiels.

Un habitant de Maasmechelen a récemment repéré un moustique qui était différent de notre moustique domestique commun. Après avoir consulté le site Web pour la surveillance des moustiques, des caractéristiques telles que la taille, la couleur et les pattes arrière du moustique ressemblaient fortement à celles d’un moustique tigre. Dès lors, il a téléchargé la photo du moustique sur le site SurveillanceMoustiques.be.  Après avoir analysé la photo, Sciensano et l’IMT ont déployé une équipe de terrain pour placer des pièges et collecter des larves de moustiques afin de pouvoir confirmer la présence du moustique tigre. Lors de l’inspection sur le terrain, le moustique tigre n’a pas été trouvé mais bien des larves du moustique des forêts asiatique (Aedes japonicus). Le moustique des forêts asiatique avait déjà été repéré dans le passé en Belgique, mais encore jamais à cet endroit. Ce moustique a déjà été trouvé auparavant de l’autre côté de la Meuse, aux Pays-Bas.

De l’identification sur une photo aux recherches sur le terrain

La découverte de ce moustique exotique est un exemple de réussite de la plateforme de science citoyenne, dans laquelle les citoyens, Sciensano et l’IMT ont chacun un rôle à jouer. Javiera Rebolledo, responsable du projet de surveillance citoyenne chez Sciensano, explique : “Même si nous n’avons pas trouvé le moustique tigre, ce cas prouve que la plateforme de surveillance des moustiques exotiques fonctionne et que les citoyens jouent un rôle important et sont de grande contribution à la surveillance des moustiques exotiques en Belgique.» Wim Van Bortel, entomologiste à l’IMT ajoute : «Sur base d’un signalement de moustique tigre, nous avons installé nos pièges pour le rechercher activement et confirmer sa présence. N’ayant trouvé aucune trace du moustique tigre, de ses œufs ou de ses larves, nous pensons qu’il s’agissait d’une introduction ponctuelle. Toutefois, la combinaison entre la surveillance passive (science citoyenne) et le piégeage actif s’est avérée être une réussite.«

Surveillance des moustiques exotiques en Belgique

La surveillance des moustiques exotiques est cruciale pour constater à temps leur présence. Si les chercheurs constatent leur présence suffisamment tôt, un contrôle précoce peut être mis en place par les autorités compétentes afin de retarder l’implantation de ces moustiques en Belgique. Si des moustiques exotiques, comme le moustique tigre, s’implantent chez nous, une transmission locale pourrait avoir lieu si une personne infectée par le virus de la dengue, le virus zika ou le virus chikungunya rentre de vacances et se fait piquer par ce moustique en Belgique.

Il est donc évident qu’une participation citoyenne peut vraiment faire la différence quant à la surveillance des moustiques exotiques. Toute personne qui pense avoir repéré un moustique tigre peut prendre une photo de celui-ci et la télécharger sur le site www.SurveillanceMoustiques.be(link is external). En cas de photo suspecte, l’IMT et Sciensano prennent rapidement les mesures nécessaires.