La route et les JO 2024 sur la piste Thibaut Bernard

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?


Thibaut Bernard a réalisé une bonne première saison chez les espoirs en 2022. Le jeune coureur (19) de notre équipe de Développement nourrit le double objectif de performer sur la route et sur la piste, au sein de l’équipe nationale, dans la perspective des Jeux olympiques de Paris en 2024. Thibaut a signé une campagne pistière très réussie en 2022 avec, notamment, une 2e place au championnat d’Europe U23 de poursuite par équipes à Anadia (Por) et une 8e place au championnat du monde élites à Saint-Quentin en Yvelines, assortie d’un nouveau record national de la spécialité en 3:52.480, trois secondes de mieux que le précédent record (3:55.451) signé l’été dernier à l’Euro U23. (Photos piste: Photonews)

2022. « J’ai bénéficié de quatre sélections internationales sur la piste et le meilleur résultat est notre deuxième place au championnat d’Europe U23 en poursuite par équipes. La huitième place au championnat de monde en dit long aussi puisqu’elle est un très bon indicateur en vue des Jeux olympiques de Paris en 2024. Nous entrons déjà dans le top 10 mondial, qualificatif pour les JO; la vraie course pour les points qualificatifs commencera en 2023 dans les manches de la Coupe du Monde, les championnats d’Europe et du monde. Notre huitième rang en 2022 nous prouve que nous avons notre place pour des JO et qu’il nous suffit de continuer sur notre lancée. »

2023. « Je partirai en février pour le championnat d’Europe élites en Suisse que j’enchaînera sur la Coupe du Monde en Indonésie. Je reviendrai ensuite sur la piste pour les championnats d’Europe U23 au Portugal et les mondiaux élites en Grande-Bretagne. »

 

Paris 2024. « Le coach national nous a dit que l’objectif était une médaille à Paris mais j’estime que nous en sommes encore loin. Il nous reste un an et demi pour nous préparer… Nous sommes jeunes et huitièmes mondiaux. »

 

Piste-Route. « Je suis venu à la piste en cadets 2e année et je suis entré en équipe national en juniors 1, après mes bons résultats. Je continue l’aventure dans la perspective olympique, entre autres. Mais je m’estime plus routier que pistier: la piste est une très bonne école, elle m’aide, entre autres, pour les chronos sur la route, on y travaille beaucoup la force. La piste m’a permis de bien m’adapter en passant chez les espoirs. Je combine aisément les deux exercices, sachant qu’un championnat ou une Coupe du Monde sur piste me monopolise deux semaines et demie. Après Paris, si je peux, je continuerai à courir sur piste car c’est très bénéfique pour moi. J’en profite pour souligner que l’équipe Bingoal Pauwels Sauces WB me laisse cette occasion de m’épanouir sur la piste, tout en combinant avec la route. »

Espoir 1. « Je suis content de ma saison sur route dans le sens où je me suis bien adapté à ma nouvelle catégorie, au niveau de la distance, de ma progression, j’ai montré que je pouvais jouer un rôle dans certaines finales. En 2023, j’aimerais hausser mon niveau et signer quelques résultats probants, jouer la gagne, comme je l’ai toujours fait chez les jeunes. »

Rouleur-sprinter. « Je suis un rouleur, je suis très productif en contre-la-montre. J’ai une bonne pointe de vitesse à faire valoir en petit comité. Je ne suis pas encore grimpeur; je sais que beaucoup de rouleurs savent passer les bosses, des petits cols. Je dois donc y travailler. J’ai appris à connaître les courses U23, leurs parcours, ce sera un avantage en 2023. J’étais sorti déçu, l’été dernier, de mon Tour du Brabant flamand, alors que j’étais en bonne forme. Si j’avais pu m’exprimer comme je l’avais espéré, cela aurait certainement changé ma saison. »

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

Publications similaires