Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

La saison pollinique des graminées a commencé, annonce l’institut de santé Sciensano. Le nombre de grains de pollen de graminées récolté dans l’air augmente de jour en jour. Les personnes souffrant du rhume des foins risquent de développer des symptômes allergiques. Les concentrations pourraient rapidement augmenter selon l’évolution des conditions météorologiques.

Le retour du pollen de graminées dans l’air et de ses désagréments.

Cette année, les différentes vagues de pollen se succèdent étroitement, ne laissant aucun répit aux personnes souffrant d’allergie.

Rappelons qu’à Bruxelles, deux records ont déjà été observés cette année : celui de la quantité totale saisonnière en pollen d’aulne (5.856 grains*jours/m³) et la concentration journalière maximale jamais atteinte pour le pollen de bouleau depuis 1982, avec 3.892 grains/m³ mesurés le 1er avril dernier. Après donc une saison très intense en pollen d’arbres, c’est au tour des herbacées à émettre leur pollen dans l’air.

Le pollen de graminées est le principal responsable des symptômes du « rhume des foins ». Un belge sur 6 souffre de cette allergie. Les graminées dispersent leur pollen dans l’air durant une longue période, généralement du mois de mai jusqu’en juillet/août. Ceci s’explique par la succession des différentes périodes de floraison des centaines d’espèces composant la famille des graminées. Ces espèces sont autant de variétés fourragères (plantes sauvages que l’on retrouve dans les prairies et aux abords des sentiers) que de variétés céréalières ou ornementales.

« Depuis le weekend dernier, nous récoltons régulièrement de toutes petites quantités de pollen de graminées dans l’air. Les personnes souffrant du rhume des foins doivent être vigilantes car en début de saison, peu de grains suffisent à provoquer des désagréments allergiques chez les personnes fortement sensibilisées. », explique Lucie Hoebeke, collaboratrice scientifique du réseau national de surveillance des pollens à Sciensano.

« De plus, une fois la saison des graminées démarrée, les taux de pollen dans l’air pourraient rapidement augmenter si les conditions météorologiques sont favorables à leur dispersion, à savoir un temps sec, venteux et doux. », poursuit-elle.

Comment savoir si vous avez une allergie?

Les symptômes cliniques de l’allergie au pollen sont typiquement : picotements, démangeaisons, larmoiements et rougeurs aux yeux, des éternuements, le nez bouché, les sinus encombrés, des écoulements nasaux, une perte d’odorat et de goût, des démangeaisons à l’arrière de la bouche et dans la gorge.

Les symptômes se confondent facilement avec ceux d’autres maladies (rhume, Covid-19, etc.) et le phénomène peut être complexe en cas de réactions allergiques croisées.

  • Il n’y a pas de période d’incubation pour les allergies. Elles apparaissent dès que l’organisme est exposé à certaines quantités d’allergènes.
  • Une allergie ne provoque ni fièvre, ni douleurs musculaires. Cependant, vous pouvez avoir le nez qui coule, de la toux, des difficultés respiratoires et de la fatigue.
  • Les symptômes d’allergie apparaissent tant qu’il y a exposition à des allergènes. En cas de grippe ou de rhume, les symptômes sont plus courts.

En cas de doute prenez directement contact avec votre médecin traitant.

Que faire en cas de symptômes et comment limiter les désagréments?

En cette période, les patients allergiques doivent suivre leur traitement de fond tel que recommandé par leur allergologue, et pour les asthmatiques ne surtout pas l’interrompre au risque de les fragiliser face aux infections respiratoires.

Nous recommandons de poursuivre les dernières directives gouvernementales relatives au COVID-19. En outre, nous recommandons ce qui suit :

  • Suivez les recommandations et les traitements prescrits par votre médecin
  • Nettoyez votre nez avec de l’eau physiologique
  • Portez des lunettes (de soleil) pour limiter les réactions de contact
  • Lavez-vous et lavez vos cheveux régulièrement
  • Utilisez des mouchoirs en papier et jetez-les après chaque utilisation
  • Ne séchez pas votre linge à l’extérieur
  • Si vous vous déplacez en véhicule, gardez les fenêtres fermées
  • Evitez d’ajouter des facteurs irritants ou allergisants dans votre environnement intérieur (tabac, parfums d’intérieur, bougies, encens, produits d’entretien ou de bricolage, etc.)
  • Pour rester informé de l’évolution de la saison pollinique en Belgique, consultez régulièrement le site internet www.airallergy.be(link is external), l’application mobile AirAllergy (Android(link is external) et iOS(link is external)), le compte Twitter @AirAllergy(link is external), et l’indice de risque allergique de l’IRM (www.meteo.be(link is external))

Airallergy, le seul réseau officiel de surveillance des pollens en Belgique

Le réseau belge de surveillance des pollens et des spores fongiques(link is external) est coordonné par l’équipe Mycologie et aérobiologie de Sciensano. En fournissant quotidiennement des informations fiables sur la présence des allergènes dans l’air, ce réseau aide les médecins généralistes, les spécialistes et la population à prévenir et traiter les allergies en indiquant les périodes et régions à haut risque.

Plus d’infos sur www.airallergy.be, Twitter @AirAllergy (link is external)et l’application mobile AirAllergy (Android(link is external) et iOS(link is external)).