Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

La SNCB doit faire un geste conséquent pour les commerces et établissements horeca dans les gares. C’est le message que lancent à nouveau le SNI et Horeca Bruxelles. « En raison de la très forte baisse de fréquentation, de l’obligation du port du masque et de l’interdiction de manger dans les gares, les indépendants ont connu une chute de l’ordre de 80% de leur chiffre d’affaires ». Pour les deux organisations qui ont pris contact et déjà rencontré Georges Gilkinet, le Ministre de tutelle, les simples reports de paiement et la remise de 20% sur les loyers offerts jusqu’ici par la SNCB ne suffisent pas. « Une nouvelle réunion avec des représentants de la SNCB est prévue. Elle se dit prête à nous rencontrer pour discuter. C’est une bonne chose mais nous restons prudents ».
« Les commerces et exploitants horeca à qui à la SNCB accorde des concessions à l’intérieur des différentes gares de note pays sont à l’agonie. Aujourd’hui, la société publique doit faire un geste conséquent à leur égard ». C’est le message que martèlent à nouveau le SNI et la fédération Horeca Bruxelles.
Les gares du pays sont en effet aujourd’hui quasiment dépeuplées en raison de la pandémie et, plus particulièrement, de l’obligation et la généralisation du télétravail ou, pour les gares internationales, de l’arrêt complet du tourisme étranger. « De l’aveu même de la SNCB, la fréquentation des gares est en chute de 90%. Ajoutez à cela l’obligation de porter le masque à tout moment dans la gare et le train couplée à l’interdiction de manger ou boire. Il est dès lors très facile de comprendre la chute de chiffre d’affaires de l’ordre de 80% de ces indépendants. Pas grand monde ne va par exemple acheter un hot dog à l’intérieur et seulement le manger en dehors de la gare ». Il faudra, selon les deux organisations, que ce point soit à l’agenda du prochain comité de concertation.
Pour le SNI et Horeca Bruxelles, les gestes symboliques faits jusqu’ici par la SNCB ne suffisent pas. Des reports ou des étalements de paiements ont été, dans un premier temps, offerts. Cependant, l’intégralité des sommes restaient dues. Ensuite, la SNCB a accordé une remise de 20% sur les loyers. « C’est totalement insuffisant au regard des pertes subies par les indépendants ».
Les deux organisations ont ainsi pris contact avec le Ministre de tutelle, Georges Gilkinet. « La rencontre a été constructive. Une nouvelle réunion avec des représentants de la SNCB est prévue dans les prochains jours. L’entreprise publique se dit prête à nous rencontrer pour discuter de la situation des indépendants impactés. C’est une bonne chose mais nous restons prudents. L’effort de la SNCB devra être important au vu de la baisse vertigineuse du chiffre d’affaires de nos commerçants et exploitants horeca ».