LE CINÉMA D’HONG KONG, À L’ « OFFSCREEN FILM FESTIVAL », À BRUXELLES, JUSQU’AU 27 MARS

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

© « Offscreen Film Festival »

Il fut un temps où Hong Kong était le Hollywood de l’Est. À son apogée au début des années 1990,  l’industrie cinématographique locale était la deuxième après celle des États-Unisen termes de production par habitant et en tant que plus grand exportateur de produits. Hong Kong a joué un rôle clé dans la diffusion du  cinéma asiatique vers l’Occident, d’abord dans les années 1970, avec les productions d’arts martiaux, suivis dans les années 1980 et 1990, par les films d’action et d’horreur.

« Contact complet » (« Xia Dao Gao Fei »/Ringo Lam)

A ce niveau, régulièrement, Hong-Kong est l’un des principaux fournisseurs de films du « BIFFF »  (« Brussels International Fantastic Film Festival », qui, à l’occasion de son 40è anniversaire, et suite à la crise sanitaire, se déroulera plus tardivement qu’à l’habitudedu lundi 29 août jusqu’au samedi 10 septembreau « Palais 10 »de « Brussels Expo »à Laeken.

« Le Trio héroïque » (« Dung fong sam hap »/Johnnie To)

En attendant, jusqu’au dimanche 27 mars, le cinéma hongkongais nous fixe rendez-vous à Bruxelles, à la « Cinematek » (« Cinémathèque royale de Belgique ») et au « Cinéma Nova », ainsi qu’à Ixellesau « Kinograph », dans le cadre de l’ « Off Screen Film Festival ».

« Zu:Guerriers de la Montagne magique » (« Shu Shan – Xin Shu Shan Jian Ke »/Tsui Hark)

Au programme18 longs-métrages, dont vous pouvez découvrir les titresréalisateurs et synopsis, via le  lien : https://www.offscreen.be/en/offscreen-film-festival-2022/hong-kong-hors-categorie-category-iii.

« Une Histoire de Fantôme chinois » (« Sien Lui Yau Wan »/Ching Siu-Tung)

Nous attirons votre attention sur le fait que certains filmstels que « Tueur nu », « Chasseur de Taxi » et  « Sexe et Zen »  peuvent être choquantsdéfiant la morale conventionnelle, avec des scènes de violence et  de sexe explicite.

« Tueur nu » (« Chik loh goh yeung »/Clarence Fok)

Ces trois derniers films sont repris en « catégorie III ». Pour en apprendre davantage, nous sommes invités, le samedi 12 mars, à 13h, au « Cinéma Nova », à une conférence internationale, en anglais, intitulée  « Hong Kong Catégorie III », durant laquelle, le critique français Julien Sévéon explorera les aspects de  rupture de tabou des films de ‘catégorie III’. Evoquant des films avant et après la rétrocession d’ Hong Kong à la Chine, le Docteur Calum Waddell, de la « Lincoln University » s’interrogera sur la manière dont ces films semblent préfigurer la crise politique actuelleà Hong Kong. Egalement le Docteur Victor Fandu  « King’s College », nous offrira sa vaste expertise du cinéma et de la politique chinois au service du  monde fou, bizarre et conflictuel de la  ‘catégorie III’.

La conférence, qui se tiendra en anglais, se concluera, à 15h, par la projection du documentaire « Catégorie III : L’histoire inédite du Cinéma d’Exploitation d’Hong Kong » (Calum Waddell/UK/2018/84′).  Entrée libre.

« Catégorie III:L’histoire inédite du Cinéma d’Exploitation d’Hong Kong » (Calum Waddell)

Synopsis : « Un regard perspicace sur l’histoire du cinéma d’exploitation d’ Hong Kong, depuis les débuts des Shaw Brothers jusqu’à la création de la classification de ‘catégorie III’, en 1988, jusqu’à la rétrocession de l’ancienne colonie britannique à la Chine, en 1997 … »

Que nous l’apprécions ou non, le cinéma d’ Hong Kong – qui se veut être audacieuxenivrant et créatif –demeure l’un des plus importants d’Asie, avec ceux de la Corée du Sud et du Japon.

Home

Site web de l’ « Offscreen Film Festival » http://www.offscreen.be.

Yves Calbert.