Le « convoi de la liberté » interdit à Bruxelles

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

Afin de faire face au Convoi de la Liberté, qui n’a à ce jour pas fait l’objet d’une autorisation de manifester car aucune demande n’a été envoyée, la ministre de l’intérieur Annelies Verlinden, le ministre-président Rudi Vervoort et le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close mettent les moyens fédéraux, régionaux et locaux en place pour empêcher le blocage de la Région de Bruxelles-Capitale.

En effet, la Police Fédérale va contrôler les véhicules motorisés aux grands axes vers Bruxelles qui viennent pour manifester en Belgique. La Région et la Ville de Bruxelles vont prendre des arrêtés d’interdiction de manifester avec des camions sur leur territoire. En pratique, les zones de police de la capitale avec l’aide de la Police Fédérale dévieront les camions qui viendraient vers la capitale malgré l’interdiction vers le Parking C.

Cette collaboration entre les trois niveaux de pouvoir vise à impacter le moins possible l’ordre public dans la capitale.

Sous la coordination de la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, les services concernés se réunissent pour aborder l’approche à adopter.

Pour le Ministre-Président de la Région de Bruxelles-Capitale Rudi Vervoort