Le Gouvernement danse comme la FEB siffle !

Assouplissement de la quarantaine : le monde du travail n’a pas eu son mot à dire.

Au lendemain des fêtes, le Gouvernement prenait une première résolution pour 2022 : les règles de quarantaine suite à un « contact à haut risque » seront considérablement assouplies, voire réduites à peau de chagrin, en fonction du statut vaccinal de la personne concernée. Une décision prise avec une rapidité déconcertante, puisqu’elle arrive quasi immédiatement après une demande de la FEB en ce sens.

Nous ne pouvons que nous étonner.

Le monde du travail, pourtant premier concerné par ce changement, n’a pas eu ici son mot à dire. Aucune concertation avec les syndicats n’a été organisée en amont de cette décision. Il aura suffi d’une « simple demande » du patronat pour aboutir à cette modification du protocole sanitaire.

Rappelons que ce même patronat, en contrepartie, refuse toujours que des mesures contraignantes soient mises en œuvre pour encadrer, notamment, l’obligation de télétravail.

Rappelons également que, juste avant les fêtes, le gouvernement était prêt à sacrifier une nouvelle fois le secteur culturel sur l’autel de la sécurité sanitaire, et qu’il n’a pas suffi dans ce cas d’une simple demande par voie de presse pour changer la donne.

Un « deux poids deux mesures » qui ne peut pas être pris à la légère, alors que la pandémie continue de faire rage et compte toujours son lot d’inconnues.