Le saumon d’Écosse souffre en silence

« Qualité supérieure ». « La crème de la crème ». « Notre saumon est élevé et pêché de manière durable ». Nous connaissons tous la publicité pour le saumon d’Écosse où l’on voit un poisson nager dans une rivière sauvage. Malheureusement, ces images trompent le consommateur. Le saumon d’Écosse, un produit de qualité ? Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Le saumon d’Écosse souffre en silence from GAIA TV on Vimeo.

Nous avons fait équipe avec Compassion in World Farming (CIWF) pour étudier au total 22 fermes (le long de la côte de l’Écosse et des îles Shetland) entre septembre et novembre 2020, en utilisant à la fois des drones et des hommes-grenouilles. Et les résultats de cette enquête sont consternants, cher ami des animaux.
La production est telle que les infestations de poux de mer et autres maladies sont devenues incontrôlables, faisant souffrir les poissons de façon plus qu’alarmante et menaçant les populations de poissons sauvages. Les images montrent des saumons présentant des malformations et des maladies, des yeux manquants, des lésions sur les nageoires, des algues poussant dans des plaies béantes, des lésions des branchies et de gros morceaux de chair et de peau rongés par les poux de mer.
Le saumon d’Écosse, un produit de luxe ? Pas du tout.
Notre pays est également complice de cette horreur. Le Royaume-Uni exporte du saumon vers plus de 50 pays. En 2019, cela représentait pas moins de 99 000 tonnes de poissons, dont 1 260,9 tonnes rien que pour la Belgique. Avec ces chiffres, notre pays est le neuvième importateur mondial de saumon écossais.
Pendant longtemps, on a prétendu que “les poissons ne ressentent pas la douleur”. En 2021, et de nombreuses études scientifiques plus tard, nous savons que cette idée reçue est fausse : les poissons ressentent la douleur d’une manière similaire à celle des mammifères, et donc des humains. La structure du cerveau de tous les vertébrés est suffisamment complexe pour leur permettre de ressentir la douleur.
Peut-on encore autoriser cela, cher ami des animaux ? Non, nous ne le pouvons pas. La législation sur le bien-être des animaux oublie les poissons. Nous ne les oublions pas. Parce que, eux aussi, ils méritent de l’empathie et du respect.
Faisons entendre notre voix et agissons : n’achetez pas de saumon (d’Ecosse). C’est un produit qui n’est que souffrances pour les animaux.
Chers amis des animaux, nous avons encore beaucoup de travail à faire pour que notre rêve devienne réalité : un monde où aucun animal ne souffre. Mais ensemble, nous y parviendrons.
Je crois en nous.
Pour les animaux,
Michel Vandenbosch
Président de GAIA