Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

LE TEMPS D’UNE HISTOIRE : Salvatore Adamo, quand je chante



Date de diffusion: 28 Mai 2021 à 20:50

A travers l’histoire d’une success-story incroyable, Patrick Weber vous propose un portrait inédit du chanteur belgo-italien le plus aimé du pays ! Après un concert au théâtre Royal de Mons, Salvatore Adamo s’assied au 1er rang de sa vie. Avec lui, avec la contribution de sa discrète épouse et le regard de proches ou d’artistes qui interprètent librement ses titres, on voit défiler les images d’une vie et d’une carrière exceptionnelles… 

SALVATORE ADAMO, QUAND JE CHANTE

Il y a 75 ans, la Belgique signait l’accord charbon contre main d’œuvre. L’Italie ne se doutait pas qu’elle envoyait alors l’une de ses voix les plus singulières qui allait marquer plusieurs générations et laisser sa trace indélébile dans la chanson française. Aujourd’hui, cet enfant d’immigrés siciliens arrivé en Belgique à l’âge de trois ans, incarne 60 ans de succès et de vie sur scène à travers le monde. Après un concert au théâtre Royal de Mons, Salvatore s’est assis au premier rang de sa vie. Avec lui, et avec la contribution exceptionnelle de sa discrète épouse et le regard de proches comme Jacques Mercier et Thierry Coljon ou d’artistes qui interprètent librement des titres de Salvatore, on passe en revue les étapes d’une carrière exceptionnelle.  Avec lui, on voit défiler les images d’une vie qu’il regarde passer comme s’il était un spectateur.  Après tout c’est sa vie, c’est elle qui l’a choisi…

Réalisation : Hadja Lahbib et Jean-Marc Panis

Production : Kaos Films et Alegria Production en coproduction avec la RTBF et Arte G.E.I.E

NOTE D’INTENTION

Lorsqu’il y a 75 ans, la Belgique signe l’accord charbon contre main d’œuvre, l’Italie ne se doute pas qu’elle envoie l’une de ses voix les plus singulières, à la fois rauque et profonde, ni homme ni femme, une voix unique qui va marquer plusieurs générations, faire le tour du monde et laisser sa trace indélébile dans la chanson française. Salvatore n’a que trois ans quand il rejoint avec sa maman les baraquements de mineurs du Borinage où son père, qui exerçait comme puisatier en Sicile, a retrouvé du travail. Comment se dessine ce destin exceptionnel ? Quelles sont les hasards qui se sont mis sur son chemin pour mener la famille Adamo des écuries aux étoiles pour reprendre l’expression du père Adamo ? Après un concert au théâtre Royal de Mons, là où il a remporté le concours de chant qui allait changer sa vie à l’aube des années 60. Salvatore s’est assis au premier rang de sa vie. Un destin improbable qu’il regarde passer comme s’il était un spectateur, après tout c’est sa vie, c’est elle qui l’a choisi…

Ce dispositif permet à la fois la prise de distance et l’émotion face aux photos et images qui raniment le passé : plus de 60 ans de succès, de vie sur scène à travers le monde, du cinéma aussi ! On découvre l’incroyable carrière d’un artiste que l’on enferme parfois un peu trop facilement dans la catégorie « chanteur populaire ». Et ce qui surprend d’emblée c’est qu’il a beau dire, avec sa modestie légendaire, qu’il a gagné un concours de circonstance, ce qui caractérise Salvatore Adamo, c’est avant tout sa ténacité, à la fois une force, une sincérité désarmante et un destin dont il a très tôt l’intuition : il sera chanteur, même s’il vient d’être renvoyé de la chorale par un curé que sa voix androgyne dérange.

Le documentaire permet de passer en revue toutes les étapes d’une vie et d’une carrière, avec le regard et l’éclairage de proches amis comme Jacques Mercier et son biographe Thierry Coljon, avec la participation exceptionnelle de sa discrète épouse Nicole Adamo (elle nous raconte son mariage, la presse, les fans…). Et aussi Alain Chamfort qui a vu arriver Adamo dans les années soixante comme un phénomène unique. Gilbert Lederman pour Universal (sa maison de disque) nous raconte sans détours l’échec que cela a été d’essayer de donner un nouveau genre à Adamo au début des années 2000 avec le producteur Burgalat, une belle leçon artistique… La renaissance avec l’Album Zanzibar et l’analyse d’Albin de La Simone (producteur), sans oublier les filles du bord de mer revisitées par Arno.

Mais aussi et surtout devant l’écran, défilent des artistes qui se réapproprient des titres de Salvatore qu’ils réinterprètent librement, une surprise pour Salvatore qui les découvrent en même temps que nous… Avec des arrangements musicaux, des façons de dire, de chanter qui donnent une toute autre couleur à des tubes comme « C’est ma vie » ou à des chansons moins connues comme « Manuel » ou encore « Mourir dans tes bras ». Ces réinterprétations permettent aussi de découvrir la profondeur de textes engagés. Et tous rendent hommage à Salvatore, il y a ainsi :

  • Daan (Chanteur-musicien)
  • Mélanie de Biasio (chanteuse-musicienne jazz)
  • Jean Paul Estievenart (musicien-trompettiste jazz)
  • Les Juicy (chanteuses-musiciennes)
  • Noé Preszow (chanteur-auteur-compositeur)
  • Laetitia Mampaka : on la surnomme la reine de l’éloquence, elle n’a que 25 ans et a déjà remporté de nombreux prix d’éloquence, elle a joué dans un film (elle n’a que 25 ans).  Elle nous fait un spoken-words à partir de deux textes : mourir dans tes bras et t’aimer quelque part, qu’elle mélange pour donner naissance à une chanson d’une émotion intense… Moi je n’arrive toujours pas à l’écouter sans m’émouvoir.
  • David Murgia (comédien)
  • Albin de la Simone (musicien, producteur, directeur artistique, il a relancé la carrière de plusieurs grandes pointures de la chanson française dont Vanessa Paradis…)
  • Laurence Vielle (Poétesse)

Hadja Lahbib et Jean-Marc Panis