Lecture : La bible sur les iguanodons de Bernissart
| | | | | | | |

Lecture : La bible sur les iguanodons de Bernissart

Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?


La bible sur les iguanodons de Bernissart

Le paléontologue Pascal Godefroit de l’Institut des Sciences naturelles relate dans un ouvrage important et superbement illustré l’histoire complète des Iguanodons de Bernissart : depuis leur découverte dans le village minier du Hainaut jusqu’aux dernières trouvailles au sujet de la cause de leur décès.

La découverte des Iguanodons de Bernissart en 1878 est un pilier dans l’histoire de la paléontologie et celle de de notre pays. C’est en effet la première fois que l’on retrouve une telle accumulation de squelettes complets et articulés de dinosaures au même endroit. Ils ont été une pierre de Rosette : ils ont donné aux scientifiques la première image claire de l’apparence des dinosaures.

La description des Iguanodons de Bernissart a également  contribué à la naissance d’une nouvelle discipline : la paléobiologie, qui étudie la fonction biologique des organismes fossiles. Que nous disent les fossiles sur le mode de vie de ces animaux ?

La découverte à Bernissart offre une belle fenêtre sur un écosystème vieux de 125 millions d’années. Outre les iguanodons (Iguanodon bernissartensis et Mantellisaurus atherfieldensis), des milliers d’autres fossiles ont été mis au jour, notamment de plus petits reptiles, poissons, insectes et plantes.

Mais cette découverte est aussi une formidable aventure humaine, où une équipe de mineurs et d’employés de notre ancien musée, dirigée par le préparateur Louis De Pauw, réalise un travail énorme : extraire 29 squelettes presque intacts mais fragiles, menacés par la pyrite, assurer leur conservation et les exposer en position réaliste. Pascal Godefroit replace la découverte des Iguanodons dans son contexte historique et géologique à partir des documents de fouille originaux.

Cold case

Le contexte géologique donne des indices sur la façon dont les iguanodons ont péri : c’est le plus ancien cold case de notre pays. « Le sous-sol de la région de Bernissart est instable », explique Godefroit lors de la présentation du livre Les Iguanodons de Bernissart. Des fossiles et des hommes. « À mille mètres sous terre se trouvent des couches contenant le minéral anhydrite. Lorsque ces couches sont dissoutes par l’eau, des grandes cavités semblables à des grottes se forment en sous-sol. Ces cavités s’effondrent alors, faisant s’enfoncer les couches supérieures. En surface, vous obtenez des dolines. Ces dépressions en forme de bol deviennent des lacs ou des marais. Il y a 125 millions d’années, des troupeaux d’iguanodons venaient s’y abreuver. Les rives des dolines sont extrêmement fragiles. Quand des troupeaux d’iguanodons lourds de 4 tonnes galopaient le long des rives, il est probable qu’elles se soient effondrées et que plusieurs individus aient glissé dans le marais pour s’y noyer. »

Une autre hypothèse, qui n’exclut pas la première, est le gaz des marais. « Le sulfure d’hydrogène (H2S) est un gaz mortel qui peut être produit par des bactéries sulfureuses dans l’eau stagnante ou dans les marais. En raison de la montée des sulfates et de la chaleur du sous-sol poreux, la production de ce gaz a augmenté. Ce gaz pouvait être libéré en une fois à cause du sous-sol et du fond du marais instable, tuant alors des troupeaux d’iguanodons. »

Une telle perte d’un groupe d’iguanodons doit s’être produite au moins quatre fois, puisque quatre couches fossilifères ont été trouvées lors des fouilles et des sondages en 2002-2003.

Numérisation

Le livre sur les iguanodons de Bernissart résume plus de 140 ans de fascination pour ces perles de la paléontologie, mais l’histoire est loin d’être terminée. Au cours des trois dernières années, les paléontologues ont numérisé et digitalisé tous les iguanodons exposés ainsi que la quasi-totalité des fossiles conservés en collections. Il en résulte une collection de plusieurs milliers de modèles 3D. Cette campagne de numérisation a non seulement permis de réaliser la première restauration numérique d’un iguanodon, mais aussi de remplacer des fossiles plus fragiles par des copies imprimées en 3D. Ces données vont également nourrir des recherches renouvelées permettant d’explorer des aspects encore inconnus de ces animaux : variation intraspécifique, dimorphisme sexuel, état de santé général du troupeau et mode de locomotion.

Pascal Godefroit est paléontologue à l’Institut royal des Sciences naturelles depuis trente ans. Il est membre de la classe des Sciences de l’Académie royale de Belgique, qui publie le livre. Au cours des dernières années, ses recherches se sont essentiellement concentrées sur la biodiversité des dinosaures ornithopodes d’Europe et d’Asie, ainsi que sur l’évolution du plumage chez les dinosaures. Les paléontologues Cyrille Prestianni et Sébastien Olive (tous deux de l’Institut des Sciences naturelles) ainsi que le géologue Jean-Marc Baele (Université de Mons) ont contribué au livre. Les illustrations de la graphiste Pascale Golinvaux, qui représentent notamment la découverte à Bernissart, et les photos (d’archives) du photographe Thierry Hubin (tous deux de l’Institut des Sciences naturelles), ont ajouté au livre encore plus de cachet graphique.

« Les Iguanodons de Bernissart. Des fossiles et des hommes. » Le livre grand format de 328 pages contient 216 illustrations. Prix : 50,00 € (14,99 € en version numérique). Disponible à l’achat dans notre Museumshop.

Institut des Sciences naturelles, Rue Vautier 29, 1000 Bruxelles. Téléphone: 02 627 42 11 (lundi à vendredi, de 7h30 à 17h00).

    Le défi du partage : Vos amis vont adorer ce contenu autant que vous, prêts à le partager?

    Publications similaires