Bruxelles city news

la vie internationale de Bruxelles

Les batraciens et les volontaires de retour sur les routes !



 

C’est de saison, grenouilles, crapauds et autres tritons entament doucement leur grande migration nuptiale. Et les volontaires de Natagora lancent dans la foulée leurs opérations de sauvetage des batraciens qui dureront quelques semaines. Automobilistes : levez le pied !

Depuis des temps immémoriaux, quand s’approche les douceurs printanières, le même rituel se répète à travers les campagnes. Les batraciens sortent discrètement de leur torpeur hivernale pour entreprendre un périlleux voyage. L’objectif du périple est simple : donner la vie ! Mais pour y parvenir, il faudra franchir bien des obstacles, dont certains coûteront la vie aux moins chanceux.

Grenouilles, crapauds, tritons et salamandres sont autant d’amphibiens qui parcourent nos campagnes, habitent nos mares et sillonnent nos forêts. Leurs noms sont bien connus, et sans doute sommes-nous tous capables d’en reconnaître l’un ou l’autre, mais leurs mœurs demeurent un mystère pour beaucoup d’entre nous. Pourtant, ils méritent notre attention. D’autant qu’ils constituent de très bons indicateurs de l’état de santé de notre environnement. Ils sont en effet parmi les premiers à subir les impacts des activités humaines polluantes et destructrices d’habitats.

Les migrations prénuptiales sont une période charnière durant laquelle ces animaux sont particulièrement exposés. En effet, quand les températures nocturnes atteignent 7 °C, les batraciens (mâles et femelles) quittent leurs quartiers d’hiver pour rejoindre leurs sites de reproduction (mares ou étangs). Ils effectuent cette migration plus ou moins intensément en fonction des conditions météo ; la pluie notamment est un bon signal de départ. Ils peuvent la poursuivre jusque début avril.

Malheureusement, leurs trajectoires croisent alors des axes routiers plus ou moins fréquentés. Nombre d’entre eux risquent de se faire écraser. Armés de seaux, de gilets de sécurité et de lampes torches, les volontaires Natagora se rendent chaque soir sur les lieux de migration pour aider les animaux à traverser les routes. Voilà pourquoi l’association incite les automobilistes à lever le pied et à redoubler de prudence en présence de panneaux d’avertissement ou de volontaires actifs.

En présence de batraciens ou de volontaires en action, limitez votre vitesse à 30km/h : au-delà, les animaux sont aspirés par la voiture et peuvent en mourir. Cette année, afin d’assurer le respect des mesures gouvernementales en vigueur, l’inscription au sauvetage est rendue obligatoire. Toutes les infos sur www.natagora.be/sauvetage-des-batraciens

Photos: ©Louis Bronne et Eric Arnhem