Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

13 février 1981. Un soir de permission, Gilles, un jeune appelé, disparaît mystérieusement au bord d’une nationale morne et glacée des Argonnes.
Du côté des autorités, personne ne prend cette disparition au sérieux. Ni la police qui refuse de lancer une enquête. Ni l’armée qui le déclare déserteur, un de plus parmi les six mille qu’on dénombre chaque année.
Jocelyne refuse d’y croire. Elle connaît son fils. Jamais il ne fuguerait à trois mois de la quille, alors que sa fiancée adorée attend un enfant de lui.
À mesure que les jours défilent et qu’on commence à craindre le pire, vient s’ajouter à la détresse de cette famille l’humiliation de se sentir inaudible et désavouée par les institutions. Les laisserait-on tomber si c’était le fils d’un ministre et non d’un ouvrier ?
Quelques mois plus tard, un autre jeune homme manque à l’appel…
S’inspirant d’une affaire non résolue qui défraya la chronique, Julie Peyr signe avec Les Disparus des Argonnes une subtile fresque sociale et un grand roman d’atmosphère.
Editions Equateurs