Les femmes préfèrent en rire

Les femmes préfèrent en rire

Le harcèlement de rue, les injures sur les réseaux sociaux, les violences conjugales, les règles, le clitoris, l’excision…. tant de sujets souvent minimisés, alors qu’ils concernent la moitié de la population mondiale, à savoir les femmes. Est-ce qu’un féminisme salutaire et apaisé, nécessaire après #MeToo, pourrait se populariser par l’humour ? C’est ce que pense une nouvelle génération de femmes humoristes et stand-upeuses, jeunes et majoritairement issues de la diversité. Effrontées, insolentes, la bouche en cœur, elles n’épargnent rien ni personne. Elles parlent d’elles et s’appuient sur leur vécu (règle d’or du stand-up, tout doit être vrai – ou presque), pour déconstruire les préjugés sur le féminisme et dénoncer les dominations en tous genres.

Avec Nicole Ferroni (d’Aubagne), Farah (belge née d’un père marocain et d’une mère espagnole), Florence Mendez (belge), Constance (qui a grandi dans l’Oise), Roukiata Ouedraogo (née de parents burkinabé), Samia Orosemane (française née de parents tunisiens), Tania Dutel (lyonnaise d’origine), Laura Domenge (née d’une mère juive marocaine), Alexandra Pizzagali (fille d’un Italien et d’une Bretonne). Et Blanche Gardin en guest star.

Réalisation : Marie Mandy

Production : Simple Production / Cinéphage Productions / RTBF / France Télévisions / CBA / Proximus / Teva / RTS / TV5 MONDE

La réalisatrice Marie Mandy

« Ces ‘comiques d’office’ défendent en réalité une vision du monde à laquelle je peux m’identifier. En fait, elles m’émeuvent, me touchent. C’est pourquoi je suis allée vers elles. Au départ il n’y a pas d’idéologie, mais l’envie de partager mon amusement, ma jouissance à les écouter. Je suis allée vers ces femmes avec la sensation qu’il y avait là quelque chose d’inédit à explorer. Et je n’ai pas été déçue ! Car la manière dont elles parlent du patriarcat, des hommes, des discriminations, de la violence faite aux femmes, du corps ‘objectisé’, de l’excision, du voile m’a semblé non seulement réjouissante mais aussi politiquement indispensable. Elles font un travail de fond pour rendre aux femmes de la visibilité, une liberté de pensée et de parole.  Je me suis réjouie que le féminisme éclaire notre manière de regarder ces sketches.

J’ai aimé aborder avec les humoristes la question de la « déconstruction » du patriarcat. En utilisant le ‘female gaze’, c’est-à-dire le ‘regard féminin’ comme prisme, j’ai pu remettre en question avec elles la structure patriarcale représentée au sein de l’humour, mais aussi dans l’organisation de la critique qui a encensé certains humoristes alors qu’ils tenaient des propos éminemment sexistes. Puisque le film a été tourné en plein confinement, il a fallu inventer des décors en studio pour qu’elles puissent ‘jouer’ les sketches qu’elles ne pouvaient plus interpréter sur scène, les théâtres étant fermés. Nous nous sommes beaucoup amusés à les ‘remettre en scène’ dans divers décors projetés. En rencontrant ces femmes et en explorant leur humour, j’ai réalisé que j’avais tous les ingrédients pour un feel good movie qui nous divertirait, qui serait drôle parfois, poignant sûrement, tout en nous interpellant avec force. »

Date de diffusion: 23 décembre 2021 à 22:25 sur le Une RTBF