Les jeunes CGSLB demandent plus de jobs étudiants dans les services publics

et des mesures efficaces pour réduire le coût des études
En raison de la crise sanitaire, de nombreux emplois sont passés à la trappe. Les secteurs qui engagent des étudiant·e·s jobistes ont été fortement impactés par la crise dès le premier confinement. Et dans ce cas, les premières personnes qui disparaissent ce sont les étudiant·e·s jobistes qui travaillaient dans l’horeca ou le secteur de la culture.
Les jeunes représentent notre futur. Pourtant c’est ce groupe qui subira dans les années à venir les conséquences de cette crise. De plus, aucune compensation n’a été prévue pour ces étudiant·e·s qui ont perdu leur emploi.
Un job étudiant, ce n’est pas uniquement une première expérience professionnelle. Pour certains, c’est un besoin vital afin de pouvoir payer son loyer ainsi que sa nourriture, tout en finançant ses études, car l’université et l’enseignement supérieur exigent énormément de dépenses comme : le minerval de l’année scolaire, les livres scolaires, le kot étudiant, le matériel scolaire, etc.
Bien qu’il existe des aides allouées par le CPAS, les bourses d’études ou l’aide sociale des
universités ou des hautes écoles, cela montre encore une fois toute l’absurdité de devoir
travailler pour avoir accès aux études. L’enseignement n’est pas gratuit !
Quelques chiffres pour appuyer nos propos :
– aux 2e trimestre 2019 et 2e trimestre 2020, il ressort que près de 90 000 étudiant·e·s ont perdu leur activité suite à la disparition de plus de 125 000 jobs.
– aux 3e trimestre 2019 et 3e trimestre 2020, il y a également une baisse de 79 300 postes de travail étudiant et ce sont donc 53 170 étudiant·e·s qui ont perdu leur activité.
Les différents gouvernements (fédéral et régionaux) doivent trouver rapidement des solutions pour offrir un soutien supplémentaire à ces jeunes, notamment par la création de jobs étudiants dans les pouvoirs publics (fédéraux, communautaires, régionaux, provinciaux et communaux) par exemple ou par l’analyse en profondeur de l’efficacité des mesures visant à réduire le coût des études.