Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

En 2020, l’espérance de vie à la naissance s’élève en Belgique à 80,8 ans pour la population totale. L’espérance de vie des femmes est de 83,1 ans, celle des hommes de 78,5 ans. C’est ce qui ressort d’une analyse des chiffres de la mortalité de Statbel, l’office belge de statistique.

L’espérance de vie à la naissance a diminué d’un an par rapport à 2019 pour la population totale. Cette diminution est la conséquence directe des conditions de mortalité en 2020. En effet, on calcule comment une génération s’éteindrait si, tout au long de sa vie, elle était exposée aux mêmes conditions de mortalité par âge que cette année. Comme la pandémie du Covid-19 a eu un effet important sur la mortalité, ce calcul utilisant les tables de mortalité a également un effet important sur l’espérance de vie. Il est donc important d’interpréter les chiffres de 2020 avec prudence. Nous prévoyons que cet effet s’estompera à nouveau dans les années à venir.

BAISSE LEGEREMENT PLUS PRONONCEE POUR LES HOMMES

L’espérance de vie à la naissance diminue tant pour les hommes (-387 jours, -1,06 an) que pour les femmes (-347 jours, -0,95 an). La diminution de l’espérance de vie est légèrement plus prononcée pour les hommes. La différence d’espérance de vie à la naissance entre les hommes et les femmes s’élevait à 4,5 ans en 2020. A titre de comparaison, en 1998, l’écart d’espérance de vie entre les femmes et les hommes était encore de 6,3 ans.

Par rapport à 2019, l’espérance de vie à la naissance a diminué de 1 an pour l’ensemble de la population. Cette diminution est attribuable à la modification des conditions de mortalité en 2020, principalement due à la pandémie du Covid-19. En 2020, 126.850 décès ont été enregistrés en Belgique. Cela représente 18.105 décès de plus qu’en 2019, soit une hausse de 16,6%. Cela se traduit notamment par la diminution de l’espérance de vie. Les tables de mortalité trisannuelles sont légèrement moins affectées par les effets de la pandémie du Covid-19. L’espérance de vie trisannuelle a diminué de 0,2 an, passant de 81,6 ans pour la période 2017-2019 à 81,4 ans pour la période 2018-2020.

L’ESPERANCE DE VIE LA PLUS ELEVEE EN REGION FLAMANDE

L’espérance de vie à la naissance en 2020 reste la plus élevée en Région flamande, avec 82,0 ans. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, l’espérance de vie était de 79,6 ans et en Région wallonne de 78,9 ans. Par rapport à 2019, c’est en Wallonie que l’espérance de vie a le plus diminué, à savoir de -1,4 an. Elle est suivie par Bruxelles avec une diminution d’environ un an. La baisse a été la moins forte en Flandre avec -0,7 an.

L’ESPERANCE DE VIE LA PLUS ELEVEE EN BRABANT FLAMAND, LA PLUS FAIBLE DANS LE HAINAUT

  • Dans six des dix provinces belges, l’espérance de vie à la naissance est supérieure à 82 ans pendant la période 2018-2020.
  • La province affichant l’espérance de vie la plus élevée est le Brabant flamand (82,7 ans), suivie par le Limbourg (82,5 ans) et le Brabant wallon (82,3 ans).
  • Viennent ensuite la Flandre occidentale (82,3 ans), Anvers (82,3 ans) et la Flandre orientale (82,0 ans).
  • Quatre provinces wallonnes se situent sous la moyenne nationale de 81,4 ans pour la période 2018-2020: Luxembourg (80,2 ans), Namur (79,7 ans), Liège (79,6 ans) et le Hainaut (78,8 ans).

NOTE METHODOLOGIQUE

Les tables de mortalité (en tant que tables du moment) calculées par Statbel indiquent comment une génération s’éteindrait si, tout au long de sa vie, elle était exposée aux mêmes conditions de mortalité par âge que l’année considérée. En cas de crise sanitaire temporaire ayant un impact sur la mortalité, comme la pandémie actuelle de Covid-19, la table de mortalité présente des limites importantes. En effet, il est très probable qu’avec la disparition de la pandémie, les conditions de mortalité seront, dans un avenir proche, très différentes de celles observées en 2020. L’espérance de vie de 2020 doit donc être interprétée avec toute la prudence nécessaire. Les tables de mortalité trisannuelles sont également soumises à cet effet, bien que dans une moindre mesure, car les conditions de mortalité des années sans pandémie du COVID-19 sont également prises en compte dans le calcul de l’espérance de vie.

source STATBEL