L’été a été chaud et très favorable pour… AB #InBev !

Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

L’été a été chaud et très favorable pour… AB #InBev !

AB InBev a connu un bel été, avec un chiffre d’affaires et un bénéfice en hausse au troisième trimestre. Le géant brassicole basé à Louvain relève maintenant ses perspectives pour l’ensemble de l’année.

La croissance s’accélère

Un été plein de barbecues, de festivals et d’événements a fait le bonheur d’AB InBev. Le fabricant de bière a publié des résultats supérieurs aux prévisions pour le troisième trimestre, avec une augmentation considérable du chiffre d’affaires de 12,1 %. Cette progression est plus rapide que celle des trimestres précédents et s’explique en grande partie par les hausses de prix.

Pourtant, le volume a également augmenté de 3,7 %, selon le PDG Michel Doukeris, grâce à l’accélération de la transformation numérique et à la demande soutenue des consommateurs. L’EBITDA a augmenté de 6,5 %, soit une marge de 35,2 %, et le bénéfice sous-jacent a atteint 1,7 milliard de dollars. En conséquence, AB InBev a fait mieux que son rival Heineken.

18 millions de bières aux festivals

Sur le marché domestique belge, la part de marché a augmenté, tant au détail que grâce à un été festivalier réussi. Plus de 18 millions de bières ont été consommées lors des festivals belges, tandis que le volume dans les supermarchés a également augmenté.

« Au troisième trimestre, nous avons constaté une reprise du secteur de l’horeca et des événements, même par rapport à la période précédant la Covid-19 et malgré un contexte toujours difficile », a déclaré Fabio Sala d’AB InBev BeNeFraLux. Dans l’horeca les ventes du produit phare Stella Artois, par exemple, ont augmenté de 32 % par rapport à 2019.

Vu que le géant brassicole continue de constater une forte demande et une « catégorie de bière résiliente », AB InBev relève immédiatement ses prévisions pour l’année complète. La dynamique se maintient, estime Doukeris, de sorte que l’EBITDA devrait maintenant augmenter entre 6 et 8 %. Auparavant, la limite inférieure était de 4 %. Les analystes tablent sur une croissance des revenus de 11 %.

– Source RetailDetail