Nous soutenons la réouverture du secteur de la Culture et des lieux culturels


Depuis des mois, en lien avec Still Standing for Culture et avec les nombreuses initiatives d’occupation de lieux culturels, nous avons interpelé la Ministre de la Culture, les partis politiques francophones et les différents gouvernements qui siègent au Codeco pour demander un changement rapide et profond de l’approche du secteur. En vain.

La Culture n’est pas seulement (mais elle est aussi) un secteur où des dizaines de milliers de personnes ont besoin de travailler pour vivre (dans tous les sens de ce terme)… Bien souvent sans pouvoir bénéficier ni du Droit Passerelle ni du chômage temporaire. La Culture vivante est aussi un besoin vital pour la démocratie et pour la santé mentale.  Sans spectacles, sans théâtre, sans musique, sans fiction ni création, les citoyenn-nes de ce pays sont aussi sans voix et sans vision face à la situation terriblement éprouvante (pour les plus fragiles du moins) qui nous arrive. Nous avons besoin de culture vivante et partagée, sans écran, pour comprendre cette époque sans précédent et pour continuer à constituer un peuple, et pas seulement des files de consommateurs.

Nous affirmons donc clairement que les travailleuses et travailleurs de la Culture (artistes, techniciens, intermittents … ) ont le droit de travailler, de s’exprimer et d’être pleinement soutenus par les gouvernements. Nous n’en pouvons plus d’attendre que « les courbes descendent » ou qu’on ait fait des « tests » pour retrouver des lieux et des actes de culture. Les « magasins non essentiels » sont désormais rouverts ; dans les transports en commun et dans de nombreuses entreprises, nous sommes bien obligés de nous retrouver parfois nombreux : à juste titre, les gouvernements y imposent que les mesures sanitaires y soient respectées. Nous rappelons que la culture est également un secteur économique porteur et un service essentiel à la vie en commun. Il est dès lors incompréhensible que ce secteur et ses travailleurs soient traités d’une manière différente. Nous prenons très au sérieux le risque sanitaire et soutenons que des mesures soient prises et respectées ; mais nous demandons que ces mesures soient équilibrées : le secteur culturel est capable d’appliquer et faire respecter des mesures de prévention (jauge, masques, aération, distances…). Pourquoi ne bénéficie-t-il toujours pas de la même considération ?

A défaut du soutien de nos gouvernements et du Codeco, de nombreux lieux culturels ont annoncé une action de réouverture. Nous les soutenons pleinement. Les travailleurs de la culture ont le droit de travailler ; les travailleurs en général ont besoin de culture !

RECOMMANDÉ POUR VOUS