Faites partagés avec vos amis sur les réseaux

Le premier octobre dernier avait lieu l’ouverture de la chasse en Belgique. En parallèle, le 29 septembre 2021, La Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux (LRBPO) vient de gagner 9 recours en extrême urgence sur 10 auprès du Conseil d’Etat, recours menés contre les plans de gestion de 10 conseils cynégétiques, tous en faveur de la Perdrix grise. Pour rappel, cette espèce connaît un déclin de 92,4%. Ces recours, qui vont maintenant avoir pour conséquence l’annulation de ces plans, sont dirigés contre les décisions prises par la Directrice générale du Service public de Wallonie Agriculture, Ressources naturelles et Environnement.
Les chasseurs concernés ont donc l’interdiction de chasser la Perdrix grise comme le prévoyait le nouvel arrêté quinquennal sur la chasse de 2020 à 2025.
La Perdrix grise est soumise à un processus de repeuplement et donc des individus d’élevages sont relâchés dans la nature. Un repeuplement signifie qu’il est indispensable que les perdrix libérées puissent se reproduire. La note du DEMNA sur les repeuplements indique clairement : « Les prélèvements sont totalement arrêtés pendant toute la durée du repeuplement, soit 2 à 5 ans ».
Et, concernant les lâchers de tir : « La littérature nous apprend que cette façon de faire, non seulement maquille, mais surtout accélère le déclin des populations naturelles ».
Cependant, dix-huit conseils cynégétiques ont vu leur plan de gestion de la Perdrix grise être accepté par l’Administration. Heureusement pour la Perdrix grise et pour la biodiversité, le Conseil d’État a donné suite aux arguments de la LRBPO en suspendant la chasse à la Perdrix grise dans neuf des dix conseils cynégétiques visés.
Cette suspension des plans de gestion et donc de la chasse à la Perdrix grise, s’applique pour les conseils cynégétiques suivants : Basse-Sambre, Botte du Hainaut, Ciney-Condroz, Hesbaye, Roman Païs, Tournai-Frontière, Thudinie, Val de Verne, Vallée de l’Escaut.
Malheureusement, les autres conseils cynégétiques qui disposent d’un plan de gestion approuvé qui n’a pas fait l’objet d’un recours en suspension en extrême urgence peuvent dès lors continuer à chasser la Perdrix jusqu’au 30 novembre 2021. Toutefois, en octobre nous avons introduit d’autres demandes de suspension, en urgence simple cette fois, pour les conseils cynégétiques des Plaines Arenberg, de la Haute Sambre, de Mons-Haut Pays de l’Hermeton, de Comines-Warneton, de la Dyle et de l’Orneau, des Quatre Rivières, du Pays des Collines et rien n’est dit les concernant pour les saisons de chasse ultérieures !
Carte des conseils cynégétiques ayant introduit un plan de gestion :
En vert, les conseils où la chasse à la perdrix n’est pas suspendue à ce jour
En rouge, les conseils où la chasse à la perdrix est suspendue
Nous sommes bien conscients que le Royal Saint-Hubert Club va réagir promptement à cette actualité en prenant contact immédiatement avec ses avocats, l’Administration et le Cabinet du Ministre de la chasse avec qui ils entretiennent un rapport visiblement privilégié. Ceci devrait leur permettre d’évaluer la portée immédiate de ces arrêts et les actions à entreprendre pour approuver des plans de gestion qui tiendraient compte de ces arrêts du Conseil d’État.
Ce combat contre les pratiques dépassées du monde de la chasse, qui tente encore aujourd’hui d’exercer un lobbying important pour chasser des espèces dont l’état des populations est catastrophique (92,4% de diminution des populations en Wallonie sur 30 ans), est long et éprouvant. La Ligue en est bien consciente et compte mettre tout en œuvre pour le gagner !
Nous comptons sur vous pour nous soutenir dans cette démarche. Si le résultat des recours au Conseil d’Etat nous permet d’agir concrètement sur le terrain, ceux-ci coûtent aussi beaucoup d’argent à la Ligue.